La paralysie au début de la pandémie était observée un peu partout et même dans le secteur médiatique. Toutefois, nous autres acteurs de ce secteur n’avons daigné chômer et avons pensé malgré vents et marées à assurer notre travail qui est celui de vous informer. Profitant du nouvel an pour vous faire nos souhaits et pour vous renouveler notre engagement, cher.e.s lecteurs.trices nous vous invitons à relire ces 10 articles publiés en 2020 choisis spécialement pour vous.

1- Haiti-Covid19: Vivre la pandémie en sourdine Durant les premiers mois qui ont suivi la découverte de la Covid-19 dans le pays, l’Etat haïtien avait pris certaines mesures parmi lesquelles le port du masque en vue de freiner la propagation de la maladie. Ainsi, à un certain moment, l’obligation était faite à tout le monde de le porter. Les personnes sourdes n’étaient pas exemptées. Ce qui a compliqué de plus en plus leur autonomie communicationnelle et augmenter leur vulnérabilité socio-économique. Alors même que d’ordinaire cette frange de la population est confrontée à des difficultés multiples et variées dont des actes de violence, des discriminations et des privations de toutes sortes. C’est ce qui nous a poussé à mener cette enquête sur les conditions de vie de cette catégorie de la population qui a tout un village qui lui est réservé depuis le passage du séisme de 2010, dénommé Lévêque située à 10 km du centre-ville de la commune de Cabaret.https://www.enquetaction.com/articles/haiti-covid19-vivre-la-pandemie-en-sourdine2- Haïti- Mandala: Un véritable désastre économique!Dans le quotidien haïtien, le hasard et le rêve ont toujours joué un rôle important. En ce sens, beaucoup de jeunes sont victimes de quelques pratiques visant à leur vendre des rêves auxquels croient-ils malheureusement sans aucun esprit critique encore moins de discernement. Parmi ces pratiques on peut citer entre autres, 5LINX, Profit25 et Life Leadership qui sont des structures intelligemment calculées en vue de dépouiller les jeunes de leur argent. C’est dans ce même dessein qu’est né Mandala, cette nouvelle pratique découlée de la pyramide de Poncy, qui, au cours des premiers mois du "pays lock", a mobilisé des milliers de jeunes haïtiens qui croyaient dur comme fer à l’idée qu’ils allaient devenir les nouveaux riches de la République. https://www.enquetaction.com/articles/haiti-mandala-un-veritable-desastre-economique3- Dr Jean William Pape: « Il faut considérer les modèles de prévision comme la météo »Afin de comprendre comment le cholera a aidé Haïti à faire face au coronavirus, nous sommes allés rencontrer le Dr William Pape qui établit les différences entre les deux maladies. Contrairement à l’époque du choléra qui succède au passage du séisme de 2010, où le pays avait bénéficié l’aide de certains pays, le contexte est très différent pour le coronavirus. Car il ne concerne pas seulement Haïti, mais le monde entier.  Ce qui est à l’origine de la limitation du nombre de collaborateurs et des supports comme c’était le cas en 2010, car désormais chaque pays se concentre sur lui-même en essayant de réserver ses ressources propres à ces besoins. Également, avec lui nous avions essayé de revenir sur les prévisions faites autour des dégâts qui pouvaient survenir avec l’arrivée de la pandémie Covid-19 au pays.https://www.enquetaction.com/videos/dr-jean-william-pape-il-faut-considerer-les-modeles-de-prevision-comme-la-meteo4- Cytotec, la petite pilule magique qui tue Nombreuses sont les femmes surtout des jeunes qui, en vue de se débarrasser d’une grossesse pour des raisons d’ordre divers, s’adonnent à la consommation du cytotec, la petite pilule magique capable de sauver la face et les honneurs, mais également qui tue surtout quand il n’est pas administré dans les conditions requises. Connu sous le nom commercial générique de Misoprostol, le cytotec très utilisé dans l’avortement en Haïti conduit à des catastrophes certaines fois irréparables dont des infections et anémies sévères et la perte de la matrice chez certaines femmes.https://www.enquetaction.com/articles/cytotec-la-petite-pilule-magique-qui-tue5- L’école au temps de la Covid-19Depuis l’annonce des premiers cas de coronavirus le 19 mars 2020, presque toutes les institutions publiques et privées étaient aux arrêts y compris les institutions scolaires et universitaires. Toutefois, trois mois après la levée de l’état d’urgence par le gouvernement, soit en juillet, de nouvelles mesures ont été adoptées pour faciliter la réouverture des classes. En vue de constater comment les mesures de prévention recommandées par le Ministère de la Santé Publique et de la Population ont été appliquées ou pas, nous avons réalisé un portfolio sur la rentrée des classes à travers plusieurs institutions dans la capitale. https://www.enquetaction.com/portfolios/haiti-lecole-au-temps-de-la-covid-196- Grès kakawo, bave bèf et lwil koulèv… l’illusion de la longueur ou la longueur de l’illusion?En Haïti, dès qu’on parle du sexe masculin, la première chose qui vient à l’esprit, c’est que c’est un être viril et fort. Pour cela, il doit avoir un gros sexe et doit être performant au lit. Car c’est autour de cela que se tournerait toute sa virilité. De ce fait, pour prouver qu’ils sont forts et viriles, les hommes haïtiens ont recourt à un ensemble de produits jugés pour le moins dangereux par certains spécialistes interrogés lors de cette enquête. https://www.enquetaction.com/articles/gres-kakawo-bave-bef-et-lwil-koulev-lillusion-de-la-longueur-ou-la-longueur-de-lillusion 7- Le double visage de la reconstruction du centre-ville de Port-au-Prince Alors que le centre-ville a été ravagé par le séisme de 2010, plusieurs travaux de reconstruction ont été mis sur pied par les autorités, parmi lesquels la reconstruction du centre-ville. Ainsi, ce projet figurait parmi les priorités des autorités de l’époque. Car le centre-ville représente une zone stratégique logeant entre autres plusieurs institutions administratives et commerciales du pays. Cependant, malgré tous les travaux qui ont été entrepris et les sommes d’argent dépensées, dix ans après, le visage du centre-ville demeure le même et n’a pas changé d’un poil. Plusieurs familles ont été dépossédées de leur maison et laissées pour compte. https://www.enquetaction.com/articles/le-double-visage-de-la-reconstruction-du-centre-ville-de-port-au-prince8- Ayiti-Vyòl fanm fè sou gason: Ant banalizasyon ak enpiniteNan sosyete Ayisyèn nan depi ou pale sou vyolans kit se fizik oubyen seksyèl se toujou yon sèl sèks ou toujou wè ki se fanm paske malgre yo pi plis nan sosyete a, se yo ki pi frajil epi ki sibi plis vyolans. Poutan se pa sèl yo menm k ap pase anba tren vyolans la, gason yo tou sibi anpil vyolans seksyèl. Men sa jis pa fè bri paske kontrèman ak medam yo, gason yo pa gen okenn asistans ni okenn enstans ki la pou tande yo. Nan sousi pou nou sansibilize lektè ak lektris nou yo sou fenomèn sila a nou te al fouye zo nan kalalou sou koze gason ki sibi vyòl. https://www.enquetaction.com/articles/ayiti-vyol-fanm-fe-sou-gason-ant-banalizasyon-ak-enpinite9- Haïti-Catastrophe: Le sortilège des quatre éléments!En Haïti dès qu’on parle des quatre éléments à savoir l’eau, l’air, le feu et la terre, il est toujours question de catastrophes. Car ces derniers mènent la vie dure au pays depuis maintenant plus de trois siècles. Quand ce n’est pas le feu qui emporte dans ses flammes les rêves de nombreuses familles, ce sont les tempêtes et les cyclones qui viennent en ravageant tout sur leur passage. Pour comprendre la relation existant entre ces quatre éléments et le pays, Enquet’Action a mené une petite enquête retraçant l’histoire de ces derniers dans le pays depuis la période précoloniale. https://www.enquetaction.com/articles/haiti-catastrophes-le-sortilege-des-quatre-elements10- Endométriose, un nouveau fléau féminin en Haïti ?Combien sont-elles les jeunes femmes haïtiennes à héler tous les saints à chaque fois qu'arrive leur menstruation ? Ces dernières, malheureusement sans le savoir, consomment délibérément des pilules en vue de faire disparaitre un mal, la douleur menstruelle. En réalité, ce n’est peut-être pas une simple douleur qui disparaitra au fil des ans ou avec l’arrivée d’un nouveau-né comme on a la tendance de le faire croire. Ces douleurs sont dues à un cancer connu sous le nom d’endométriose dont les causes demeurent jusqu’à date inconnues. À travers cette enquête, nous dressons la sombre réalité de nombreuses jeunes femmes en Haïti face à ce fléau ainsi que les dangers qu’elles encourent dans leur quête de soulagement par l’utilisation parfois abusive des tranquillisants. https://www.enquetaction.com/articles/endometriose-un-nouveau-fleau-feminin-en-haiti