« Le nombre de personnes déplacées par la violence liée aux gangs dans la capitale haïtienne, Port-au-Prince, a triplé au cours des cinq derniers mois », selon un rapport publié par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) rappelant que 17 mille personnes sont toujours déplacées à la suite du pire tremblement de terre de la décennie, qui a dévasté les régions du sud du pays en août 2021. 

Pas moins de 113 mille 582 personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDI) en Haïti, selon l'évaluation, menée entre juin et août 2022. Parmi elles, 96 mille – soit 85 % - ont fui l'insécurité dans la capitale, due à la violence intergang, conflits gangs et politique, et aux troubles sociaux.