On évoque souvent les problèmes d’Haïti. On utilise le mot crise pour éviter le terme plus juste d’effondrement. On met en avant l’insécurité pour ne pas prononcer le terrible concept de conflit. Puisque les mots sont édulcorés, la démocratie est devenue un zombi sans dent, cerner le mal s’avère épineux. À savoir comment le système chen manje chen se reproduit et surtout s’accroche quand on essaie de le chavirer.

Le pays est installé sur plusieurs bombes géologiques, en plein dans la trajectoire de phénomènes météorologiques de plus en plus violents et dans un monde où le climat décidera de la survie de populations entières.