Enquête


Il existe de nombreux mythes autour de la sexualité en Haïti. Certains tournent autour de l’ego des hommes. Le plus hallucinant concerne la lubrification du vagin lors des rapports sexuels. Nous sommes allées au Cap-Haitien, la deuxième ville du pays, à la rencontre de jeunes et vieux, persuadés que la cyprine, signe du désir sexuel féminin, est à fuir.

Nous retrouvons d’abord, au Cap-Haitien, dans le Nord d’Haïti, Clovis Bernardin, 85 ans. Il est assis sur un muret dans la localité de Petite Anse, près de l’Aéroport International de cette ville. Notre conversation attire l’attention de curieux.ses. Et pour cause. Il s’agit de vagin et de plaisir sexuel.

« Entre le vagin sec et celui qui est humide, je préfère le premier. Quand le pénis y entre, ça fait ‘’croupe’’. C’est comme un frisson, un tremblement. Le feeling c’est d’entendre la femme se plaindre au moment de la pénétration. C'est avec beaucoup de force que le pénis pénètre dans le vagin, avoue Clovis Bernadin, avec un sourire pour exprimer sa fierté mais aussi et surtout son goût prononcé pour le « koko sèk » (vagin non humide) lors des ébats sexuels. Le mouillé n'est pas le bon, ça entre ‘tchòk, tchòk’’. Il vous décourage pendant le rapport sexuelSi le vagin n'est pas bon [mouillé], à chaque tour de rein, on entend un froissement, un petit bruit qui fait « tchòk »

Du haut de ses 85 ans, Clovis Bernadin dit avoir fait d’innombrables expériences et avoir eu 19 femmes avant de jeter l’éponge.

Et il n’est pas le seul à tenir ce discours pour le moins inquiétant. Jacques Alex, 38 ans qui habite dans la localité de Champin au Cap-Haitien, nous confie que la sécheresse vaginale  représente la « norme » pour lui. 

« Le vagin, logiquement est de nature sèche. Il peut être mouillé. Cela va dépendre de la nature vaginale de la femme. Mais naturellement le vagin est sec », pense-t-il. Ce qui parait un peu bizarre, c’est que nombreuses sont les femmes qui vont dans le même sens. Lovelie Ifraïs, 20 ans, en fait partie. Riveraine de l’Acul du Nord, elle est assise sur une chaise blanche en plastique sur la véranda de sa maison entourée de fer forgé, foulard jaune à la tête et vêtue d'une robe de couleur bleue. Elle croit que le « vagin sec est le bon ». « Pour moi, par fierté, le sec est une bonne chose. Les filles, prenez soin de votre appareil génital, pour avoir toujours une bonne nature vaginale. Ne laissez pas les circonstances vous faire perdre votre nature », prêche-t-elle à qui veut l’entendre.

Presque toutes les personnes contactées dans le cadre de ce reportage érigent la sécheresse vaginale en norme lors des rapports sexuels. Ce qu’ils appellent « bon koko ». Dans la perception du mâle haïtien, le vagin mouillé, lors du rapport sexuel, n’offre pas de satisfaction encore moins de feeling. Un vagin humide est perçu comme un vagin « dlo lo lo » donc, malade. Et le vagin sec donc serré offrirait plus de plaisir. Au cours de notre enquête, on a interrogé quinze (15) personnes choisies au hasard, tous âges confondus. Pas moins d’une douzaine ont reconnu que le vagin sec est le meilleur. Soit 80% des enquêté.e.s. Les 20% ont plus de penchant pour le vagin non sec lors des ébats.

Quand l’expression « Vagin humide » devient une injure

Dans les différents témoignages récoltés, on relève les expressions comme « pénétration » - mais aussi « plaindre » et « complaintes » qui riment avec souffrance et douleurs. Voire aussi, des mépris, stéréotypes, préjugés et dénigrements envers les femmes qui ne répondent pas au canon de beauté sexuelle du mâle haïtien. 

« Quand je fais l’amour avec une femme qui mouille, elle essuie mon pénis de temps à autre. À ce stade, cette femme a une infection. Parfois, en remontant mon pantalon, les mouches se posent dessus, prétend Clovis Bernadin. Tandis que pour le vagin sec, après le sexe c'est comme si on revient du paradis, tellement le vagin est doux et sucré ». Pour lui, l’humidité du vagin vient du premier rapport sexuel de la femme quand son partenaire éjacule en elle. Autrement, une femme garde un vagin sec toute sa vie. Cette idée aberrante pourrait passer pour les élucubrations d’un vieillard si elle ne participait pas à un mythe profondément ancré chez plusieurs enqueté.e.s. 

Les discussions et débats sur la nature vaginale de la femme s'animent avec beaucoup de passion en Haïti. Même les femmes s’échangent des injures, comme « koko dlo» en créole (vagin d’eau). Le vagin reçoit une pléiade de critiques, selon la quantité de liquide sécrétée. Jeannette Joseph, 23 ans, nous a confié que l'une de ses amies a été critiquée par son mari, en raison de la cyprine sécrétée par son vagin. « À chaque relation sexuelle, son partenaire lui fait le reproche d’être accueilli comme dans une mare d’eau », raconte celle qui était essoufflée lorsqu’on l’a rencontrée, venant de faire une marche de plus de 100 mètres – de l’hôpital Sacré-Cœur jusque vers la localité appelée Arsenal logée non loin du fameux Palais Sans Souci.

Jeannette invite les hommes à la retenue. « Messieurs, vous ne devez pas injurier les filles, si vous avez la chance de coucher avec l'une de nous.  Parce que chaque vagin est unique », dit-elle, en passant sa paume sur le visage pour essuyer les sueurs qui l’inondent pour, par la suite, l’éponger sur son jean bleu moulant.

Durant notre enquête, on a remarqué que les femmes sont même prêtes à souffrir juste pour plaire à un homme. Jeannette qui vit à Milot dans le Nord d’Haïti, en fait partie. Sa nature vaginale lors d’un rapport sexuel, c’est le sec. Elle en est très fière.

« Oui, quand le vagin est sec, au moment de l'acte le feeling est à son paroxysme. L’homme vous félicite. En retour, on se ressent au ciel. Au moment des frottements, on ressent des douleurs. Oui, le sec engendre de la douleur. J’en ressens parfois. Malgré cela, je tiens à donner plaisir à mon partenaire. Une fille devrait avoir un vagin sec, mais vous savez, tout le monde ne pourrait pas être le même. On ne vient pas à l'existence soi-même, c'est Dieu qui nous a créés. Il a créé chaque personne unique en son genre. Pour moi j'ai le koko sec, et d'autres le koko dlo », soutient-elle.

Jeannot, 50 ans, clame, de son côté, qu'on peut trouver le feeling dans les deux types. Mais il a un penchant pour le resserré. Il soutient que le vagin mouillé peut être à la base d'un divorce, voire d’abandon dans un couple. « Un homme peut laisser une femme pour son vagin humide. Moi qui vous parle si je rencontre de telle femme, je ne vais pas rester, parce que je ne trouve pas de feeling. Dans les va et vient dans le vagin, on ne ressent presque rien », argue-t-il. Cependant, il ne voit pas de bon œil, les injures que les femmes subissent. A aucun moment, dit-il, il ne va pas incriminer les femmes qui ont un entre-deux jambes mouillé. « C'est naturel. Chassez le naturel, il revient au galop. On ne peut combattre le naturel, c'est combattre Dieu. Si c'est ainsi », laisse-t-il savoir. 

Dans un tel contexte, nous sommes allés voir à la rue 22 H au Cap-Haitien, un gynécologue traînant derrière lui des années d’expérience. Le gynécologue Willy Charles, professeur d'université apporte des éclaircissements importants sur ce sujet. Selon lui, il faut connaître son corps afin de déceler ce qui est normal et anormal. 

Le vagin idéal lors d’un rapport, c’est le mouillé !

« Un bon vagin est celui humecté d’un liquide issu de la sécrétion de la glande Bartholin libérant une sécrétion appelée Cyprine, lubrifiant le vagin pendant le rapport sexuel et facilitant la pénétration, explique-t-il. La différence entre vagin mouillé et un vagin serré, c’est le tonus des muscles du périnée et même du vagin d'avoir une certaine contraction. Le vagin arrive à être serré grâce à la tonicité des muscles du périnée. Une femme qui n'a pas de sécrétion, aura une dyspareunie, c'est à dire des douleurs et des irritations. Ce problème peut être découlé, soit d'un manque de désir, ou d’un autre problème: carence hormonal sexuel, le stress, la ménopause, le diabète, la carence alimentaire ».

« Garder à l'esprit que le vagin disposé à un rapport, est celui qui est mouillé. Une femme qui a un vagin sec devrait  voir un médecin afin de se faire aider, si la cause peut se corriger. Dans le cas contraire, le recours serait l'utilisation de gel pour l'aider », a-t-il martelé, rejetant d’un revers de main la thèse laissant croire que la nature vaginale dépend de la première relation sexuelle.  À l'excitation sexuelle chez la femme, dans sa bonté magnanime, elle déborde comme la rivière du Haut du Cap, pour faciliter l'entrée en douceur du pénis de l'homme. Ce liquide est composé d’eau, de bactéries, d’urée, d’acide acétique et lactique, de complexes d’alcools et de glycols. La cyprine assure une hydratation permanente au vagin. Il joue aussi un rôle important dans la bonne santé du vagin de la femme. 

À la question combien de types de vagin existe-t-il, il répond qu’il ne peut énumérer. Le vagin peut-être différent d'une femme à une autre. Même chez une même femme, le vagin peut prendre des aspects différents. Puisque chaque personne est unique, c'est de même pour le vagin. « En dehors du rapport sexuel, le vagin en soi, a un certain degré d'humidité. Mais, dans le rapport sexuel le vagin doit être mouillé ». Le bon vagin, c'est le vagin mouillé. 

Pour le bruit du vagin, dans un rapport sexuel ça peut arriver car c'est un rapport corps à corps, physique et mécanique. Contenant du milieu, il peut avoir un peu de bruit. Ce bruit n'a rien d'anormal, assure le professeur d’université. « Certes, certaines femmes sont capables de sécréter davantage que d'autres. Il ne devrait pas y avoir de source d'inquiétudes », conclut-il. 

Le vagin d’une femme qui libère beaucoup de liquide peut s’agir d’une infection au cas où celui-ci sent mauvais ou serait coloré, rapporte un médecin de carrière de Port-au-Prince.

Nous avons par la suite rencontré à Zo Vincent, dans une commune du Cap-Haitien, un pharmacien, Woodvins Albertus. Selon lui, une femme dont le vagin n’est pas lubrifié lors des rapports sexuels risque d’avoir des micros lésions et de se blesser. Ces lésions sont la porte ouverte à d'autres bactéries qui peuvent se transmettre dans le sang et déboucher sur des infections sexuellement transmissibles. Car normalement, le vagin est élastique. La lubrification favorise cette élasticité sans risque.

Un vagin sec est un vagin fragilisé 

« Quand le vagin est serré, il présente des inconvénients. Un rapport sexuel est associé au plaisir. Mais les femmes avec un vagin sec ne jouissent pas. La pénétration devient dès lors douloureuse pour la femme. Ce n'est pas agréable. Parfois c'est même douloureux pour l'homme en question. Le créateur ne l'a pas confectionné pour être serré. Ces muscles doivent être extensibles pour qu'il y ait des mouvements lors de la pénétration sans aucun problème », dit-il.

Normalement les préliminaires conduisent à des sécrétions, le vagin va mouiller, rappelle M. Albertus. Dans le cas contraire, il existe des lubrifiants afin de faciliter la pénétration.

« Il est courant dans le langage d’utiliser le mot «manger». «M sot manje sa». Non, il ne devrait pas être ainsi. Une relation sexuelle est un moment de plaisir. Ce n'est pas possible dans une relation sexuelle, que l'un des partenaires ressente de la douleur, souligne le pharmacologue. Si la femme se blesse, elle et son partenaire sont tous deux exposés à des IST, des maladies qui pourraient coûter cher, tel que le VIH ».

« Pourtant si une femme est bien mouillée, bien humide après une pénétration on a moins de chance d'attraper le virus ». Dans certains pays, les femmes achètent des lubrifiants, soutient le spécialiste. « En rentrant dans une relation sexuelle avec une femme, si vous voyez son vagin humide c'est la sécrétion de certaines glandes. C'est le Bon Dieu qui permet à ces glandes de sécréter des liquides. Sauf si on est face à une infection qui cause des sécrétions abondantes. Ce liquide est normal, il facilite une bonne pénétration sans aucune douleur. Ces sécrétions sont normales et correctes », prêche-t-il.

Dans l’objectif d’avoir une vue macro et conceptuelle de la question en débats, nous sommes rentrés sur Port-au-Prince pour aller voir la Dre en sociologie Sabine Lamour, coordinatrice générale de la Solidarité des Femmes Haïtiennes (SOFA en créole), une organisation féministe à caractère revendicatif de promotion et de défense des droits des femmes en Haïti.

En introduisant le sujet, nous avons défini pour  Mme Lamour l’objet de notre article de recherche portant sur le rapport entre « bòbòt sèk » et « bòbòt mouye », et bizarrement les gens optent pour …. « Bòbòt sèk », répond sans réfléchir la sociologue avant d’ajouter : « Ils ont une incompréhension sur le corps de la femme et ils veulent corriger Dieu [rires] et la biologie, car cela n’aucun sens ». Le pire dans tout cela, Mme Lamour, on remarque que certaines femmes acceptent de souffrir dans l’unique but de satisfaire les désirs des hommes.

« Dans ce cas, surgit l’idée des 5 continents de la chanson. Quel est le continent qui semble être vierge et inexploré. Tout cela n’a aucun sens. Pourquoi souffrir ? Dans quel but ? Quel bénéfice en tirera la femme ? », relate celle qui enseigne à l’Université d’Etat d’Haïti (UEH). Le groupe Zenglen dans la musique intitulée 5 Continents étale sur le marché, les types de femmes qui existent au travers de leur ……. sexe. Il délimite le vagin en utilisant une métaphore géographique. Pour justifier le fait de comparer la femme aux 5 continents du monde, il soutient que. « Tout fanm yo ka bèl konsa (toutes les femmes peuvent être belles comme ça … Men yo pa nan menm eta sitou lè'w desann pi ba (mais ne se retrouvent pas dans le même état surtout quand on descend plus bas). Se sa'k fe'm konpare la femme aux cinq continents (C’est pourquoi l’on compare la femme aux 5 Continents ».

Selon la sociologue Lamour, ce phénomène ne relève pas d’un problème d’éducation sexuelle mais met plutôt en exergue les rapports débalancés entre homme et femme qui minent la société haïtienne. « On prône que le corps et la sexualité de la femme appartiennent à l’homme et que son possesseur doit décider, à sa guise, de la manière de le façonner. En effet, le tube de K-Dilak et Bedjine « Pouki n te marye » laisse entrevoir que l’homme haïtien exige de la femme un certain comportement aux fins d’entretenir des rapports sexuels avec elle ».


Mackenz DORVILUS