« La police nationale d’Haïti n’était pas informée du déplacement du convoi ». C’est du moins ce qu’a fait savoir une source proche de l’institution policière, contactée par le média d’information et d’investigation Enquet’Action quelques heures après le pillage d’un convoi d’aide de l’ONG Food For the Poor.

« Nous avons appris la nouvelle », poursuit la source qui rappelle que la veille, en conférence de presse, la porte-parole de la police nationale Marie Michelle Verrier avait demandé à toutes les personnes ou organisations désirant apporter de l’aide au Grand Sud de contacter le bureau du Centre d’Opération d’Urgence Nationale. Et, par la suite, la Direction Générale de la Police Nationale « pour les escorter ».