Le Dr William Pape, directeur et fondateur des Centres du Groupe Gheskio en Haïti, très impliqué dans la lutte contre la pandémie de covid-19, annonce l’arrivée des résultats des spécimens en cours d’analyse dans les laboratoires pour confirmer s’il y a ou pas un nouveau variant du coronavirus dans le pays pour le mois prochain. 

« Au début de février, on aura des résultats », a-t-il lancé dans le cadre d’une entrevue exclusive à Enquet’Action à un moment où sur tous les réseaux sociaux les gens se questionnent sur l’attitude du ministère autour de l’épidémie de fièvre qui sévit dans le pays. Plus loin, le membre du Conseil Scientifique de l’Organisation mondiale de la Santé OMS) s’est expliqué sur les motifs qui entourent les retards enregistrés dans la livraison des résultats des tests. 

« Le retard dans les résultats vient du fait que les tests de séquence pour déterminer le type de coronavirus sont réalisés dans des labos spécialisés. Presque tous les pays de l’Amérique latine et des Caraïbes n’ont pas cette capacité », a fait savoir l’infectiologue William Pape. Le ministère de la Santé publique et de la Population et de la Santé Publique (MSPP) et le ministère de la Santé de la RD envoient les spécimens à l’organisation panaméricaine de la Santé (OPS) – en anglais Pan American Health Organisation (PAHO). 

« Gheskio travaille avec des institutions américaines. Souvent, les spécimens n’arrivent pas dans les meilleures conditions, car ils doivent transiter par les douanes et on doit en envoyer d’autres », ajoute-t-il. 

Entre-temps, la petite fièvre continue sa course 

Depuis fin 2021, une épidémie de fièvre et de grippe sévit dans diverses communautés du pays. Sur les réseaux sociaux comme dans les médias traditionnels, les gens se plaignent de souffrir d’une forte fièvre et d’une grippe intense. Des personnes ont même contracté la fièvre à au moins deux reprises. 

« Haïti fait face à une grippe saisonnière. Le MSPP attend les résultats des spécimens en cours d’analyse dans des laboratoires partenaires avant de confirmer s’il y a ou pas un nouveau variant du coronavirus dans le pays », ont fait savoir les autorités sanitaires le 6 janvier dernier en conférence de presse. Une version que remet en question la population doutant qu’il s’agisse véritablement de simple grippe saisonnière – en raison de la sévérité de sa manifestation. 

Le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) continue de demander à la population de pratiquer les gestes barrières (porter toujours son masque, se laver les mains régulièrement) et de se faire vacciner pour combattre le coronavirus, ne cesse de rappeler les autorités sanitaires. 

Présence suspecte d’Omicron en Haïti

Malheureusement jusqu’au moment où nous vous parlons nous n’avons pas encore reçu les résultats des échantillons envoyés à l’étranger pour recherche du Variant Omicron, regrette pour sa part le directeur général du ministère de la Santé publique et de la Population, Dr Lauré Adrien.

« De toute évidence les changements dans l’évolution de l’épidémie à savoir le nombre de cas positifs qui augmentent dans la population nous font croire que nous sommes en présence d’un phénomène nouveau », a informé le responsable. « Une transmission je dirais plus facile du virus, ce qui est une caractéristique du Variant Omicron », continue-t-il. 

« Donc si scientifiquement (faute de pouvoir l’identifier formellement) on n’a pas d’éléments pour dire que le variant Omicron circule en Haïti, épidemiologiquement par contre on peut fortement suspecter sa présence », termine Dr Lauré Adrien. 

Le dernier bilan épidémiologie – non à jour – du ministère haïtien de la Santé publique et de la population fait état de 26 807 cas confirmés, 5 031 personnes hospitalisées et 780 personnes tuées par la pandémie Covid-19 depuis sa découverte en Haïti, en mars 2020.