Trois épisodes d’exploitation massive entre 1492 et 1982 et plus de quatre décennies d’exploration ont prouvéque le sous-sol haïtien abrite des gisements d’or, d’argent et de cuivre. Même si beaucoup d’Haïtiens et Haïtiennes refusent de croire que le sous-sol de leur pays appauvri regorge de ressources minières de grandes valeurs, celles-ci pourraient susciter d’intenses activités minières sur plusieurs décennies.

Une ceinture minéralisée s’entend de Jean Rabel dans le grand Nord d’Haïti jusqu’àPueblo Viejo en République Dominicaine. Les caractéristiques géologiques similaires entre les deux pays augmentent l’espoir tant chéri par les compagnies et les autorités haïtiennes, prêtes às’emparer du trésor caché dans le massif du Nord d’Haïti et s’obstinant de manière controversée àcroire que «les ressources minières peuvent amener le développement ». http://www.worldbank.org/en/news/feature/2013/07/25/haiti-mining-for-economic-growth