« Je suis à ma douzième fausse couche. Selon les médecins,  je ne peux pas garder les enfants parce que j’ai une endométriose ajoutée à une infection placentaire. L’inflammation placentaire empêche aux enfants d’avoir de l’oxygène. D’où l’impossibilité du battement de leur cœur au cours de la grossesse », témoigne-t-elle en nous racontant sa bataille périlleuse avec l’endométriose, ce cancer qui ne tue pas.

Enquet’Action (EA): À un moment de votre vie, vous aviez découvert que vous étiez atteinte d’endométriose. Parlez-nous de votre expérience avec cette maladie.