Renauld Govain : « Le slogan sert à dire moins pour exprimer beaucoup plus »

Dans le cadre d’une série de reportages sur la prédominance des slogans dans les actes de communication des haïtiens.nes observés durant ces deux dernières décennies, le journal d’information et d’investigation en ligne Enquet’Action a rencontré Renauld Govain, doyen de la Faculté de Linguistique appliquée (FLA) de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) autour de ce vocable. « Cela permet de maximiser

Photoscopie du mariage en Haïti- Valérie Baeriswyl : « Mon attente, c'était vraiment de faire découvrir une autre Haïti aux étrangers et à la diaspora »

Pas moins de 6 ans déjà depuis que la photojournaliste suisse Valérie Baeriswyl partage le quotidien haïtien. Le vendredi 21 mai 2021 au Centre d'Art, a eu lieu la vente signature de son livre photos "Bonne vie à deux : Haiti pour le meilleur et pour le pire"dans lequel, elle immortalise les mariages en Haïti. Enquet’Action était allé à sa rencontre.

« Fòk nou kraze mit ki fè kwè gason son bout blòk, yon bout fè e yon bout siman… ki pa ka viktim », Pascale Solages, feminis

Enquet’Action te fon ti bat bouch ak Pascale Solages, aktivis dwa moun epi kòdonatris jeneral òganizasyon feminis ki rele Negès Mawon ki akonpaye fanm ak tifi nan yon sosyete patriyakal tankou pa nou an ki viktim pi plis nan kesyon vyolans pase lòt kategori moun. Oryantasyon oganizasyon feminis lan se akonpanye fanm ak tifi nan kesyon dwa yo, devwa ak opòtinite, san yo pa rete avèg sou tout lòt ba

« Si gason an di yon fi vyole l, se tankou l sispann gason. Kidonk li pèdi virilite l »

Vyòl fanm fè sou gason, yon sijè konplèks moun preske pa pale isit menm jan ak nan peyi lòt bò dlo. Nan lide pou fouye zo nan kalalou nan kad yon gwo ankèt nou fè sou pwoblèm sosyal sa a, nou te al rankontre yon sosyològ ki pa vle non li site. Men li se pwofesè nan Inivèsite Leta Ayiti (ILA) an e li devlope yon apwòch diferan de sa nou abitye tande chak jou yo. Lè l konsidere enpòtans pawòl yo, En

Daniel Derivois : ‘’11 ans après le séisme, nous avons encore affaire à un Etat traumatisé’’

La Santé mentale des haïtiens.nes, plus d’une décennie après la pire catastrophe de l’histoire nationale… C’est autour de cet enjeux de société qu’Enquet’Action a rencontré pour vous Daniel Derivois, psychologue clinicien et docteur en psychologie qui a dirigé le projet ANR-RECREAHVI sur le traumatisme, la résilience et le processus créateur suite au séisme du 12 janvier entre 2010 et 2015.

« Yo pa banalize vyòl sou gason, se pito moun yo ki pa pote plent », jij Norah Jean Francois

Nan lide pou fè lektè ak lektris li yo konprann pi byen kesyon vyòl ak asèlman sou gason, vyòl sou timoun, jwèt manman ak papa, sèks ant timoun, Enquet’Action te rankontre Norah Amilcar Jean François, ki se jij pou timoun. Avèk li, nou te diskite de sijè sa yo epi anpil lòt ankò ki pote gwo limyè sou yon bann fenomèn sosyal peyi an ap konnen depi kèk tan.

‘’En Haïti, le mariage est plus souvent considéré comme un atout pour une femme qu'un diplôme universitaire’’

La plateforme locale et internationale Demwazèl, a été lancée officiellement, il y a un an de cela. C’était le 11 janvier 2020 à Port-au-Prince. Celle-ci se veut être la voix des filles et des femmes marginalisées d’Haïti. L'Afrique, c'est là où tout a commencé, en particulier au Bénin où les ressortissants sont considérés comme nos ascendants. Ce qui explique le choix de ce lieu pour le lancement

Kèk nan divès rezon ki fè se devan legliz katolik ou wè pòv kap mande men pa devan legliz pwotestan

Mandisite se pa yon fenomèn ki fenk parèt an Ayiti. Men se yon bagay ki wè jou depi lè konkonm tap goumen ak berejèn. Menm si pyès moun pa ka di egzakteman kote l soti vrèman. Konsa, menm jan tan an ap chanje a se menm jan fenomèn mandisite a ap chanje chemiz tou. Men depi byen lontan devan legliz ak pawas Katolik yo te toujou baz moun k ap mande yo. Konsa pou nou ka konprann kote fenomèn nan soti

Sabine Lamour: “Fanm pa sèlman yon kò, gason pa sèlman yon bann”

Depi plizyè lane pwodui virilite tankou grès kakawo, bave bèf ak lwil koulèv tounen sèl sovè pou anpil granmoun ak jèn gason k ap chèche kou chen fou pou fè peni yo gwo, long ak gen lajè. Lè yo pa di w se pou medam yo, yo di w se paske yo vle parèt tankou “gason” ki fè yo itilize yo. Nou menm nan redaksyon Enquet’Action, nou te ale wè Sabine Lamour ki se sosyològ ak feminis, sou kesyon an pou n sa

“Gason ayisyen konfonn longè peni yo ak andirans”, Woodjena Louis, iwològ

Anpil tijèn gason ak granmoun ap itilize pwodwi tankou grès kakawo, lwil koulèv ak bave bèf pou yo bay peni yo gwosè, longè ak lajè. Son pratik ki la depi plizyè dizèn lanne ki fèt nan gwo vil ak nan vil pwovens yo. Sanble gen anpil mit men tou anpil reyalite ki kache dèyè pratik sila. Eske gason ayisyen jeneralman gen ti peni vre? Kisa k fè gason ayisyen redwi tout yo menm ak yon sèl ògan nan kò

Norah Brutus: « La Covid-19 met à mal toutes les grandes sociétés du monde »

Malgré les retombées négatives de la pandémie Covid-19 tant à travers le monde qu'en Haïti, la professeure d'université, Norah Brutus, croit fermement en la résistance et la résilience du peuple haïtien pour surmonter cette crise qui traine derrière elle pas mal d'incertitudes. En dépit des inquiétantes prévisions de nombreuses institutions, elle doute que ce peuple puisse sombrer. «Les Haïtiens-n

Camille Chalmers : « Globalman, desizyon yo te trè mal panse »

Jou ki te 19 mas 2020 an, prezidan repiblik la, Jovenel Moïse te anonse eta dijans sanitè aprè yo te fin dekouvri 2 premye ka Kovid-19 nan peyi an. Kouvrefe, fèmti legliz ak peristil yo, men tou lekòl ak kèk lòt enstitisyon ankò. Yon ansanm mezi kap lakoz anpil dega – men tou ki pa adapte ak reyalite peyi an selon ekonomis Camille Chalmers ki plede pou bon jan mezi ki kòlte ak reyalite yon peyi ki

Roosevelt Millard: « Nou nan yon sitiyasyon katastwofik »

Roosevelt Millard se travayè sosyal epi pwofesè nan Fakilte Syans Moun, youn nan antite nan Inivèsite Leta Ayiti (ILA). Nan lide pou konprann pi byen kisa ki ap tann Ayiti ak kriz sanitè pandemi Kovid-19 lan pwovoke a, nou te al wè l pou yon ti bat bouch. Selon Misye Millard, leta ki deja an fayit pa gen volonte, ni kapasite, ni mwayen pou l kòlte ak katastwòf kap pwoche sou nou an. Pandan’l raple

Eddy Labossière : «Konsekans kriz sanitè a sou ekonomi ayisyèn nan ap fenomenal»

Kriz sanitè kovid-19 lan pwovoke a gen gwo enpak sou ekonomi peyi yo men tou sou sosyete yo. E Ayiti pap epanye nan katastwòf sa a. Pou Ekonomis Eddy Labossière, akoz anpil moun pèdi dyòb yo epi biznis ki fèmen isi ak lòt bò dlo, ekonomi ayisyèn nan ki te deja an degraba, pral bat ba pi rèd. « Se yon sitiyasyon ki katastwofik pou menaj ayisyen yo paske laplipa nan yo pa t ap travay deja. E tik

Auguste D’Meza : « San dyaspora, Ayiti pa egziste nan nivo ekonomik »

Kriz sanitè pandemi Kovid-19 la ap frape Ayiti trè fò. Selon anpil espesyalis, lap genyen gwo enpak sou ekonomi lokal lan. Nan lide pou’n konprann pi byen, nou te al fon ti bat bouch ak Auguste D’Meza, pwofesè nan Inivèsite epi kòmantatè politik. Daprè analiz li fè, jou kap vini yo sanble ap vinn pi sonb pou Ayisyen. Li menm pale de katastwòf, paske selon li menm an tèm refleksyon sou lavni, se ze

Endométriose, un nouveau fléau féminin en Haïti ?

Endométriose, c’est une maladie intimement féminine. Sur chaque 10 femmes, 1 en souffrirait. Elle fait souffrir les femmes qui en sont atteintes et les détruit à petit feu. Ce cancer qui ne tue pas, est bel et bien présent en Haïti. « La situation actuelle, c’est qu’il y a beaucoup de jeunes femmes en âge de procréer qui souffrent de l’endométriose en Haïti », confie Evans Vladimir Larsen, méd

‘’En Haïti, le mariage est plus souvent considéré comme un atout pour une femme qu'un diplôme universitaire’’

La plateforme locale et internationale Demwazèl, a été lancée officiellement, il y a un an de cela. C’était le 11 janvier 2020 à Port-au-Prince. Celle-ci se veut être la voix des filles et des femmes marginalisées d’Haïti. L'Afrique, c'est là où tout a commencé, en particulier au Bénin où les ressortissants sont considérés comme nos ascendants. Ce qui explique le choix de ce lieu pour le lancement

Kèk nan divès rezon ki fè se devan legliz katolik ou wè pòv kap mande men pa devan legliz pwotestan

Mandisite se pa yon fenomèn ki fenk parèt an Ayiti. Men se yon bagay ki wè jou depi lè konkonm tap goumen ak berejèn. Menm si pyès moun pa ka di egzakteman kote l soti vrèman. Konsa, menm jan tan an ap chanje a se menm jan fenomèn mandisite a ap chanje chemiz tou. Men depi byen lontan devan legliz ak pawas Katolik yo te toujou baz moun k ap mande yo. Konsa pou nou ka konprann kote fenomèn nan soti

Sabine Lamour: “Fanm pa sèlman yon kò, gason pa sèlman yon bann”

Depi plizyè lane pwodui virilite tankou grès kakawo, bave bèf ak lwil koulèv tounen sèl sovè pou anpil granmoun ak jèn gason k ap chèche kou chen fou pou fè peni yo gwo, long ak gen lajè. Lè yo pa di w se pou medam yo, yo di w se paske yo vle parèt tankou “gason” ki fè yo itilize yo. Nou menm nan redaksyon Enquet’Action, nou te ale wè Sabine Lamour ki se sosyològ ak feminis, sou kesyon an pou n sa

“Gason ayisyen konfonn longè peni yo ak andirans”, Woodjena Louis, iwològ

Anpil tijèn gason ak granmoun ap itilize pwodwi tankou grès kakawo, lwil koulèv ak bave bèf pou yo bay peni yo gwosè, longè ak lajè. Son pratik ki la depi plizyè dizèn lanne ki fèt nan gwo vil ak nan vil pwovens yo. Sanble gen anpil mit men tou anpil reyalite ki kache dèyè pratik sila. Eske gason ayisyen jeneralman gen ti peni vre? Kisa k fè gason ayisyen redwi tout yo menm ak yon sèl ògan nan kò

Norah Brutus: « La Covid-19 met à mal toutes les grandes sociétés du monde »

Malgré les retombées négatives de la pandémie Covid-19 tant à travers le monde qu'en Haïti, la professeure d'université, Norah Brutus, croit fermement en la résistance et la résilience du peuple haïtien pour surmonter cette crise qui traine derrière elle pas mal d'incertitudes. En dépit des inquiétantes prévisions de nombreuses institutions, elle doute que ce peuple puisse sombrer. «Les Haïtiens-n

Camille Chalmers : « Globalman, desizyon yo te trè mal panse »

Jou ki te 19 mas 2020 an, prezidan repiblik la, Jovenel Moïse te anonse eta dijans sanitè aprè yo te fin dekouvri 2 premye ka Kovid-19 nan peyi an. Kouvrefe, fèmti legliz ak peristil yo, men tou lekòl ak kèk lòt enstitisyon ankò. Yon ansanm mezi kap lakoz anpil dega – men tou ki pa adapte ak reyalite peyi an selon ekonomis Camille Chalmers ki plede pou bon jan mezi ki kòlte ak reyalite yon peyi ki

Roosevelt Millard: « Nou nan yon sitiyasyon katastwofik »

Roosevelt Millard se travayè sosyal epi pwofesè nan Fakilte Syans Moun, youn nan antite nan Inivèsite Leta Ayiti (ILA). Nan lide pou konprann pi byen kisa ki ap tann Ayiti ak kriz sanitè pandemi Kovid-19 lan pwovoke a, nou te al wè l pou yon ti bat bouch. Selon Misye Millard, leta ki deja an fayit pa gen volonte, ni kapasite, ni mwayen pou l kòlte ak katastwòf kap pwoche sou nou an. Pandan’l raple

Eddy Labossière : «Konsekans kriz sanitè a sou ekonomi ayisyèn nan ap fenomenal»

Kriz sanitè kovid-19 lan pwovoke a gen gwo enpak sou ekonomi peyi yo men tou sou sosyete yo. E Ayiti pap epanye nan katastwòf sa a. Pou Ekonomis Eddy Labossière, akoz anpil moun pèdi dyòb yo epi biznis ki fèmen isi ak lòt bò dlo, ekonomi ayisyèn nan ki te deja an degraba, pral bat ba pi rèd. « Se yon sitiyasyon ki katastwofik pou menaj ayisyen yo paske laplipa nan yo pa t ap travay deja. E tik

Auguste D’Meza : « San dyaspora, Ayiti pa egziste nan nivo ekonomik »

Kriz sanitè pandemi Kovid-19 la ap frape Ayiti trè fò. Selon anpil espesyalis, lap genyen gwo enpak sou ekonomi lokal lan. Nan lide pou’n konprann pi byen, nou te al fon ti bat bouch ak Auguste D’Meza, pwofesè nan Inivèsite epi kòmantatè politik. Daprè analiz li fè, jou kap vini yo sanble ap vinn pi sonb pou Ayisyen. Li menm pale de katastwòf, paske selon li menm an tèm refleksyon sou lavni, se ze

Endométriose, un nouveau fléau féminin en Haïti ?

Endométriose, c’est une maladie intimement féminine. Sur chaque 10 femmes, 1 en souffrirait. Elle fait souffrir les femmes qui en sont atteintes et les détruit à petit feu. Ce cancer qui ne tue pas, est bel et bien présent en Haïti. « La situation actuelle, c’est qu’il y a beaucoup de jeunes femmes en âge de procréer qui souffrent de l’endométriose en Haïti », confie Evans Vladimir Larsen, méd