top of page

Haïti: Quand des haïtiens idolâtrant la sécheresse vaginale l'imposent comme norme de qualité

«Sòbèbè, chouchoune, bòbòt, bouboune et wòch plat … » En Haïti, le conduit qui s’étend de l’utérus jusqu’à la vulve a plusieurs noms en créole. Mais quand il s’agit de rapport sexuel, sa lubrification suscite une seule réaction chez certain.e.s : l’horreur. Dans cet ordre d’idées, une femme trempée serait une femme malade. Comment ce mythe se traduit-il ?

Vous souhaitez en lire plus ?

Abonnez-vous à enquetaction.com pour continuer à lire ce post exclusif.

Kommentare

Mit 0 von 5 Sternen bewertet.
Kommentare konnten nicht geladen werden
Es gab ein technisches Problem. Verbinde dich erneut oder aktualisiere die Seite.

À la une

bottom of page