top of page

« Il y a urgence de stopper l’émission des gaz à effet de serre », alerte le GIEC

L’émission des gaz à effet de serre se poursuit malgré la bataille sans merci en cours menée à travers la planète contre le réchauffement climatique. Elle nuit et pollue l’écosystème du monde. L’augmentation du niveau de température atteint 1,4 degré Celsius et risque de dépasser la barre de 1,5 degré Celsius d’ici à 2030.




« On touche déjà la barre de 1,4 degré de l’échelle des augmentations de la température. Ce seuil est très critique et déjà insupportable pour nous les humains. Ce sont les répercussions du réchauffement climatique », soutient le Dr Kénel Délusca, spécialiste dans les questions liées au changement climatique.


Selon le professeur associé à l’Institut des Études avancées, la situation risque de s’empirer. Les périodes de sécheresse seront plus intenses et les risques imprévus pour les inondations seront plus élevés. « On n’est pas trop loin du seuil de 1,5 degré Celsius du niveau d’élévation. Celle-ci a de graves conséquences sur l’écosystème mondial. Et, elle est encore pire pour les petits États insulaires en développement comme Haïti », précise M. Délusca.


Le professeur se dit désolé que face aux assauts lancés contre le phénomène du réchauffement climatique par divers États, la voie de l’État haïtien manque à l’appel. En étant un pays non développé, Dr Kénel Délusca croit qu’Haïti doit s'impliquer dans la lutte pour un monde meilleur sur le plan environnemental. « Je sais présentement qu’Haïti a d’autres préoccupations sociopolitiques. Mais, les dirigeants doivent penser aux conséquences du réchauffement climatique afin d’en réduire les impacts même si le pays n’a pas vraiment de moyen d’autodéfense pour stopper tout seul ce fléau », souligne-t-il.


Pour faire barrage à ces prévisions, l’expert propose une action rapide. « Ce sixième rapport du GIEC mise fort sur l’urgence d’agir et la capacité d’agir, car le phénomène du réchauffement climatique pose trop d’ennuis à la population mondiale », avance le Dr Délusca, soulignant que si cette situation persiste, le monde connaîtra un sort sans précédent.


En attendant l’action des dirigeants haïtiens, le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat dit continuer sa mission d’alerter les populations sur les dangers du réchauffement climatique. « Nous leur présentons les différentes formes de luttes pour combattre ce phénomène », précise M. Délusca, membre de la structure. 


Pierre Samuel MARCELIN


Ce projet de contenus a eu le support de l’IFDD/OIF.

À la une

bottom of page