top of page

Une matinée de réflexions sur les droits des groupes minoritaires en Haïti

C’est autour du thème « Aidez-nous à les aider » que l’Office de la Protection du Citoyen (OPC) et l’organisation Regroupement et Sensibilisation pour le Bien-être des Albinos en Haïti (RESBAH) ont organisé une matinée de réflexions sur les droits des groupes minoritaires du pays. Réalisée à l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie ce 17 mai, cette activité s’est tenue en présence de plusieurs personnalités de la société civile, de l’État et notamment des personnes atteintes d’albinisme.



« Il y a deux sortes de souffrance dans la vie, celle qui nous blesse et celle qui nous change. À l’OPC cette souffrance nous blesse tous les jours et ces blessures nous changent. Nous nous en servons pour… combattre la discrimination, l’exclusion, le rejet, l’homophobie », a déclaré Raphaël Théoma Daniel, directeur de promotion et de communication de l’Office de la Protection du Citoyen. Le responsable a assuré que l’OPC intervient à travers des évènements en vue de porter, notamment, la voix des personnes en situation de handicap et les albinos étouffées dans le quotidien par la discrimination, l’intolérance et l’impunité. M. Daniel s’est dit indigné du fait que les albinos, faisant partie d’une catégorie rejetée, n’occupent aucun poste décisionnel en Haïti.


De son côté, le protecteur du citoyen, Renan Hédouville, rappelle qu’Haïti a signé la déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948 ainsi que d’autres documents qui font la promotion des droits humains. « Il doit prendre en compte ceux et celles qui vivent dans les milieux ruraux et aussi dans les milieux urbains. Ceux qui savent lire et ceux qui ne savent pas lire… Il ne touche pas une catégorie sociale », a-t-il soutenu. M. Hédouville a souligné que la lutte pour faire respecter les droits des personnes vulnérables doit être une bataille quotidienne. Selon lui, le moment n’est pas à la fête, mais de préférence, à la réflexion parce qu’il y a trop de problèmes liés aux droits humains.


Quant à la présidente du Regroupement et de Sensibilisation pour le Bien-être des Albinos en Haïti (RESBAH), Neftalie Jusmé, elle dit renouvelé son engagement de faire la promotion des personnes atteintes d’albinisme. Son association qui compte 150 membres a pris naissance le 10 novembre 2021. L’objectif : regrouper les albinos du pays et les sensibiliser. À en croire Mme Jusmé, le RESBAH apporte le soutien moral, matériel et la promotion des droits des albinos. « En Haïti comme dans d’autres pays, les albinos sont victimes de discriminations, marginalisations, violences verbales, psychologiques et exclusions sociales », s’est désolée la présidente du RESBAH.


Neftalie Jusmé a fait savoir que son association a déjà organisé plusieurs activités, notamment sur la protection de la peau des personnes atteintes d’albinisme. Elle a souligné que le RESBAH a plusieurs volets de sensibilisation. Un volet sur l’inclusion de ce groupe minoritaire, un sur la santé et la prévention afin de lutter contre les problèmes de la peau de ces personnes. L’autre volet est celui de l’éducation qui vise à sensibiliser les responsables des écoles et les élèves pour une attention particulière à l’endroit des albinos à cause des problèmes visuels.


Fabiola Fanfan


Ce projet de contenus a eu le support de l’IFDD/OIF.

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

À la une

bottom of page