El río es una persona

El río Atrato en Colombia es un caudal de vida y diversidad que pareciera acoger en su cauce a toda una época de 500 años. Contaminado, saqueado y violentado pero también abundante, bello, repleto de resistencias. Con cientos de comunidades viviendo a su vera también es protagonista de una sentencia judicial pionera en la región: una que lo declaró sujeto de derecho.

Haïti: La population se méfie du vaccin anti-Covid-19

Vaccin anti-Covid-19: Les autorités haïtiennes emboîtent le pas, la population se méfie. Reportage signé Rosemond Jean Baptiste pour Enquet'Action.

Cuidado, lobby suelto

En octubre de 2020, el Senado argentino dio media sanción al proyecto de Ley de Promoción de la Alimentación Saludable. Pero en la Cámara de Diputados quedó en el limbo. La iniciativa establece la obligación de aplicar sellos de advertencia con forma octogonal y color negro a los alimentos.

“On aura une 2e vague de Covid-19 en Haïti”, selon Dr Jean William Pape

Entre 17 et 19 mai, le MSPP a comptabilisé au moins 7 personnes tuées par la maladie et 219 nouveaux cas confirmés. Ce qui fait qu’Haïti compte à date, 13 843 cas confirmés, 2 036 personnes hospitalisées, 283 morts et 12 470 personnes traitées. Début du mois de mai 2021, Haïti annonce la découverte officielle des variants de Covid-19 brésilien et anglais dans le pays. « Levariant brésilien est en

Des corps étrangers retrouvés dans des bouteilles de Prestige, les autorités promettent d’agir

Des consommateurs.rices, des propriétaires de bars et des serveurs.ses se plaignent depuis plusieurs mois de la présence de corps étrangers dans des bouteilles de la bière Prestige. Les décrivant comme des « fatras », les amateurs.rices de la bière la plus populaire du pays se montrent indignés.es face à une telle situation. Ils.Elles accusent les autorités qui n’assument pas leurs responsabilités

Vaccin anti-Covid 19: OPS-OMS persiste et signe, les autorités haïtiennes nuancent et se plient… La population se méfie et rejette

Que l’on veuille ou non, qu’importe la perception de la population, le vaccin anti-Covid-19 sera au pays, c’est ce qu’a confié une source officielle à la rédaction du journal d’information et d’investigation Enquet’Action. « L’OPS-OMS veut nous imposer le vaccin », déplore cette source. « On ne va contraindre personne à se vacciner », rassure-t-elle. Le fait est que les autorités ne communiquent p

Lopital jistinyen, yon lopital sal tankou peny ti dan nan yon vil ki bandone

Vè ak pinèz nan sal matènite, limon ak pousyè nan sal operasyon, san konte blakawout, Lopital Jistinyen ki chita kò l nan vil Okap nan Nò peyi an, twouve l’ nan yon eta kritik. Depi lendi 14 mas pase an, tout medsen yo deside rantre an grèv nan lide pou egzije bon jan kondisyon travay. Enquet‘Action te ale sou plas pou al wè ak zye pa l nan ki kondisyon pwofesyonèl lasante yo ap travay – men tou

Haïti : les « Pays lock », stressent, dépriment et tuent !

Les crises sociopolitiques et économiques [appelées désormais Pays lock (pays bloqué – en français)] récurrentes auxquelles fait face le pays constituent un élément déclencheur et/ou aggravant de la dépression chez des dizaines de milliers d'Haïtiens.nes. Il est toutefois difficile de saisir l'ampleur des conséquences psychologiques de ces crises quand le système de soins est défaillant et l'Etat

Dr Jean William Pape : « Il faut considérer les modèles de prévision comme la météo »

Il donne l’heure dans l’orage qu’est cette pandémie que traverse Haïti depuis plus de trois mois. Directeur du centre Gheskio et Coprésident de la commission multisectorielle de gestion du Covid-19, le Dr Jean William Pape est un homme très occupé à nous sauver depuis 40 ans. Son temps est précieux, il a néanmoins accepté pendant 20 minutes face à nos caméras de répondre à nos questions. @enqueta

Cytotec, la petite pilule magique… qui tue ?

En Haïti, aux côtés des tisanes et des injections comme le Pitocin (ocytocine), le Cytotec est le produit le plus utilisé pour provoquer un avortement. Très populaire parmi les jeunes, il est consommé avec du thé ou de la bière. La dose habituelle est de deux comprimés avalés ajoutés à un ou deux autres introduits à l’intérieur du vagin. Désastreuses sont les conséquences de la mauvaise utilisati

Le Centre National de Radiothérapie victime de la débâcle post-séisme ?

Depuis dix ans, la première pierre de la construction d’un Centre national de radiothérapie attend le lancement effectif des travaux. Les fonds alloués au projet ont été engloutis par la machine de l’Etat. Dans un pays où tout est prioritaire, les nombreux malades du cancer susceptibles de bénéficier de la radiothérapie sont mis sur une liste d’attente par les gouvernements qui se sont succédé ava

Endométriose, un nouveau fléau féminin en Haïti ?

Endométriose, c’est une maladie intimement féminine. Sur chaque 10 femmes, 1 en souffrirait. Elle fait souffrir les femmes qui en sont atteintes et les détruit à petit feu. Ce cancer qui ne tue pas, est bel et bien présent en Haïti. « La situation actuelle, c’est qu’il y a beaucoup de jeunes femmes en âge de procréer qui souffrent de l’endométriose en Haïti », confie Evans Vladimir Larsen, méd

Les maladies cardiovasculaires, ces fléaux qui habitent Haïti !

Les maladies cardiovasculaires ne constituent nullement une priorité de santé publique alors que les habitudes alimentaires favorisant les facteurs de risque sont en pleine expansion. Il n’existe dans la pratique, aucun programme de lutte contre ces pathologies dans un pays où le budget de la santé est passé de 16.6% de 2004 à 4.4% en 2017.

Vaincre le cancer du col utérin, vaincre les tabous …

De nombreux efforts sont consentis par des organisations nationales et internationales pour lutter contre le cancer du col de l’utérus en Haïti. La lutte demeure inégale. Car, en plus de l’inertie de l’Etat, les tabous socioculturels entravent l’efficacité des initiatives. Comme conséquence, des familles s’écroulent avec la mort de leurs piliers : les femmes en âge de procréer et de travailler. De

Cancer du col : Hécatombe silencieuse, dans l’indifférence de l’État !

Le cancer du col de l’utérus fait des ravages en Haïti. Le pays ferait même partie des champions du monde dans ce triste domaine. La cause fondamentale de ce tueur silencieux est le papillomavirus humain (VPH) qui se transmet par contact sexuel. La plupart des femmes sont contaminées au tout début de leur activité sexuelle. Pourtant, un simple vaccin pourrait sauver des milliers de vies. Pourquoi

Les victimes du Cancer : Des oubliés de l’Etat !

Le cancer tue plus que le sida, la tuberculose, la malaria et les infections respiratoires. Le coût de son traitement est astronomique pour la majorité des Haïtiens et Haïtiennes vivant dans l’extrême pauvreté. Les mieux lotis parviennent à se faire soigner aux Etats-Unis, à Cuba ou en République Dominicaine. Mais d’autres familles doivent compter sur la générosité de bienfaiteurs (rices) sur les

Lopital jistinyen, yon lopital sal tankou peny ti dan nan yon vil ki bandone

Vè ak pinèz nan sal matènite, limon ak pousyè nan sal operasyon, san konte blakawout, Lopital Jistinyen ki chita kò l nan vil Okap nan Nò peyi an, twouve l’ nan yon eta kritik. Depi lendi 14 mas pase an, tout medsen yo deside rantre an grèv nan lide pou egzije bon jan kondisyon travay. Enquet‘Action te ale sou plas pou al wè ak zye pa l nan ki kondisyon pwofesyonèl lasante yo ap travay – men tou

Haïti : les « Pays lock », stressent, dépriment et tuent !

Les crises sociopolitiques et économiques [appelées désormais Pays lock (pays bloqué – en français)] récurrentes auxquelles fait face le pays constituent un élément déclencheur et/ou aggravant de la dépression chez des dizaines de milliers d'Haïtiens.nes. Il est toutefois difficile de saisir l'ampleur des conséquences psychologiques de ces crises quand le système de soins est défaillant et l'Etat

Dr Jean William Pape : « Il faut considérer les modèles de prévision comme la météo »

Il donne l’heure dans l’orage qu’est cette pandémie que traverse Haïti depuis plus de trois mois. Directeur du centre Gheskio et Coprésident de la commission multisectorielle de gestion du Covid-19, le Dr Jean William Pape est un homme très occupé à nous sauver depuis 40 ans. Son temps est précieux, il a néanmoins accepté pendant 20 minutes face à nos caméras de répondre à nos questions. @enqueta

Cytotec, la petite pilule magique… qui tue ?

En Haïti, aux côtés des tisanes et des injections comme le Pitocin (ocytocine), le Cytotec est le produit le plus utilisé pour provoquer un avortement. Très populaire parmi les jeunes, il est consommé avec du thé ou de la bière. La dose habituelle est de deux comprimés avalés ajoutés à un ou deux autres introduits à l’intérieur du vagin. Désastreuses sont les conséquences de la mauvaise utilisati

Le Centre National de Radiothérapie victime de la débâcle post-séisme ?

Depuis dix ans, la première pierre de la construction d’un Centre national de radiothérapie attend le lancement effectif des travaux. Les fonds alloués au projet ont été engloutis par la machine de l’Etat. Dans un pays où tout est prioritaire, les nombreux malades du cancer susceptibles de bénéficier de la radiothérapie sont mis sur une liste d’attente par les gouvernements qui se sont succédé ava

Endométriose, un nouveau fléau féminin en Haïti ?

Endométriose, c’est une maladie intimement féminine. Sur chaque 10 femmes, 1 en souffrirait. Elle fait souffrir les femmes qui en sont atteintes et les détruit à petit feu. Ce cancer qui ne tue pas, est bel et bien présent en Haïti. « La situation actuelle, c’est qu’il y a beaucoup de jeunes femmes en âge de procréer qui souffrent de l’endométriose en Haïti », confie Evans Vladimir Larsen, méd

Les maladies cardiovasculaires, ces fléaux qui habitent Haïti !

Les maladies cardiovasculaires ne constituent nullement une priorité de santé publique alors que les habitudes alimentaires favorisant les facteurs de risque sont en pleine expansion. Il n’existe dans la pratique, aucun programme de lutte contre ces pathologies dans un pays où le budget de la santé est passé de 16.6% de 2004 à 4.4% en 2017.

Vaincre le cancer du col utérin, vaincre les tabous …

De nombreux efforts sont consentis par des organisations nationales et internationales pour lutter contre le cancer du col de l’utérus en Haïti. La lutte demeure inégale. Car, en plus de l’inertie de l’Etat, les tabous socioculturels entravent l’efficacité des initiatives. Comme conséquence, des familles s’écroulent avec la mort de leurs piliers : les femmes en âge de procréer et de travailler. De

Cancer du col : Hécatombe silencieuse, dans l’indifférence de l’État !

Le cancer du col de l’utérus fait des ravages en Haïti. Le pays ferait même partie des champions du monde dans ce triste domaine. La cause fondamentale de ce tueur silencieux est le papillomavirus humain (VPH) qui se transmet par contact sexuel. La plupart des femmes sont contaminées au tout début de leur activité sexuelle. Pourtant, un simple vaccin pourrait sauver des milliers de vies. Pourquoi

Les victimes du Cancer : Des oubliés de l’Etat !

Le cancer tue plus que le sida, la tuberculose, la malaria et les infections respiratoires. Le coût de son traitement est astronomique pour la majorité des Haïtiens et Haïtiennes vivant dans l’extrême pauvreté. Les mieux lotis parviennent à se faire soigner aux Etats-Unis, à Cuba ou en République Dominicaine. Mais d’autres familles doivent compter sur la générosité de bienfaiteurs (rices) sur les