top of page

IMPACT-E, l’organisation sociale luttant pour une Cité Soleil sans violence

L’initiative Impact aux Enfants (IMPACT-E) est cette organisation de jeunes évoluant dans la commune de Cité Soleil. Lancée le 15 février 2020, la structure se donne pour mission d’accompagner les jeunes et les enfants de ce grand bidonville à travers l’orientation professionnelle et la formation. Ce, en vue d’atténuer la violence et la criminalité qui y règnent. 





Dans cette bataille pour l’amélioration des conditions matérielles d’existence des jeunes du plus grand bidonville du pays, Junior Thermidor, le directeur exécutif de l’organisation explique que l’entrepreneuriat reste leur épée de chevet. « Nous estimons que c’est un moment très important pour former les jeunes dans le business et la création d’entreprise », nous dit-il. Le jeune responsable insiste sur le fait que cette organisation serait l’initiative des fils et filles de la Cité qui, conscients.es de sa réalité, ont décidé d’apporter du sang neuf dans le débat sur l’avenir des jeunes. 


« La jeunesse est pour nous un défi à relever. Nous voulons poser des actions positives avec impact en dépit du fait que ce n’est pas une chose facile », déclare Junior. Dans cet élan de service à la communauté, les dirigeants de la structure mettent l’accent sur les enfants qui, eux-mêmes, doivent devenir des jeunes et des leaders communautaires. IMPACT-E travaille sur l’implantation d’un centre parascolaire qui, en dehors de l’école, devra servir un espace de jeux, d’apprentissage et d’épanouissement spirituels. En ce sens, les enfants entre 6 et 15 ans sont ciblés. Si l’organisation mise sur des activités parascolaires pour impacter les enfants, elle travaille, tout aussi bien, à booster le droit à l’éducation de certains groupes vulnérables de sa communauté. 


« L’année dernière, dans un partenariat avec l’Observatoire de la Jeunesse haïtienne (OJH), nous avons permis à une centaine d’enfants d’aller à l’école dans le cadre d’un projet dénommé Ti Lekòl Lavi », nous informe le responsable rappelant que le but premier de son organisation est d’orienter les enfants en vue de les épargner d’une ligne déjà tracée dans la cité. Dans cette ligne nouvellement tracée, ils donnent des formations sur la responsabilité, l’estime de soi, les apprendre des choses sur leurs corps et les comportements à adopter dans la société. « Du côté des jeunes, on leur donne des formations, on les oriente vers des actions positives », ajoute-t-il, soulignant qu’ils espèrent arriver à ce stade où les jeunes témoignent eux-mêmes des retombées de IMPACT-E sur leur vie. 





« Nous projetons des films, nous commentons des vidéos en lien avec la motivation. Nous organisons des rencontres avec d’anciens jeunes de la Cité qui ont réussi leur vie de façon à ce qu’ils partagent leurs expériences avec nos jeunes », martèle Junior. Une goutte d’eau d’espoir dans un océan de désolation Jeune entrepreneur et étudiant finissant en Gestion des Affaires, Junior, engagé dans une forme de transformation sociale des jeunes de Cité-Soleil, pense que s’il faut résumer la situation qu’affrontent les jeunes desservis par son organisation, ce serait le désespoir. « Pas d’infrastructures routières, pas d’eau potable, on peut, à n’importe quel moment, être atteint d’une balle assassine », fait-il savoir. 


Selon lui, ce triste tableau décrit est source de frustration, d'inquiétude, de peur. « Les habitants ne peuvent pas vivre en toute tranquillité. Ce désespoir est la principale source de motivation des jeunes qui essayent de faire de leur mieux pour apporter de la lumière au fond du gouffre. Mais, les ténèbres l’emportent sur la petite lumière qu’ils essaient d’allumer. Nous essayons de voir ce que nous pouvons apporter comme participation afin de réduire le taux de criminalité et de violence dans la commune », informe Junior Thermidor. L’initiative Impact aux Enfants (IMPACT-E), qui est à sa quatrième année de services à la communauté, n’a pas fait sa route sans difficulté. Toutefois, les activités qu’elle réalise impactent et changent. « Nous avons organisé un concours sur l’entrepreneuriat. L’équipe gagnante qui prête ses services à la communauté y fait un très bon travail. En plus, nous avons organisé “Fatras en Art”, un projet autofinancé. Il était question de valoriser les déchets », nous explique le directeur exécutif de l’organisation. 


À côté des 100 enfants envoyés à l’école, la structure a permis à des dizaines d’autres de trouver des fournitures classiques pour leur retour à l’école. À travers d’autres projets, IMPACT-E dit s’engager à former des jeunes sur la prévention contre la violence et la criminalité, les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC), Gestions et protection de l’environnement, Leadership et développement personnel. Tout ça, au nom de « Yon lòt Site Solèy posib san vyolans ».



Jean Robert BAZILE

Ce projet de contenus a eu le support de l’IFDD/OIF.


Comentários

Avaliado com 0 de 5 estrelas.
Ainda sem avaliações

Adicione uma avaliação

À la une

bottom of page