top of page

La Communauté LGBT haïtienne célèbre la journée mondiale contre l’homophobie

Plus d’une vingtaine d’associations, d’organisations et d’institutions partenaires liées à la communauté LGBT ont célébré ce 17 mai à Port-au-Prince, la journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie. Cette activité s’est déroulée autour du thème : « Toujours ensemble : unis dans la diversité » dans un contexte marqué par une crise sociopolitique et économique.



Malgré les discriminations et les violences persistantes, la communauté lesbienne, gay, bisexuel et transgenre dit observée des avancées importantes dans la lutte contre l’homophobie en Haïti ces dernières années. Des acquis qui méritent d’être gardés. « Comparativement aux années précédentes, on a avancé. Et on avance à grands pas. Il y a un niveau de tolérance beaucoup plus élevé comparativement aux années précédentes », a dit Hetera Estinphil, femme transgenre, présidente de l’association Kouraj.


De nos jours, on retrouve beaucoup plus de personnes de la communauté qui s’assume, souligne-t-elle, rappelant que le 17 mai constitue une date importante pour la communauté. Avant, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) considérait l’homosexualité comme une maladie mentale. Ce qui a changé à partir de 2005. « Depuis, on commémore cette date comme un acte contre l’homophobie. L’acte était vraiment important pour la communauté », a fait savoir la présidente de la plus importante association LGBT en Haïti.


De son côté, Dr Steeve Smith responsable du Programme national de Lutte contre le Sida (PNLS) du ministère haïtien de la Santé publique assure que cette journée n’est pas seulement un jour de commémoration contre l’homophobie, mais aussi pour nous rappeler que tout le monde a des droits. « Nous voulons garantir que toute personne entrant dans un centre de santé n’aura pas à subir des stigmatisations et discriminations », a-t-il fait savoir. Lors de son discours de circonstance, le médecin a soutenu que les actes de stigmatisations affectent non seulement les membres de la communauté LGBT mais aussi leur famille.


« Nous avons déjà fait un long chemin. Nous continuons à travailler d’année en année. Nous continuons à mettre des soins disponibles », poursuit le Dr Steeve Smith. Le responsable du PNLS a dit vouloir faire notamment la promotion de l’autodépistage dans la communauté.


« La stigmatisation est un problème de formation et d’éducation », a-t-il ajouté. Le Dr Smith a aussi souligné que depuis 2007, le ministère de la Santé travaille sur l’élimination des discriminations envers la communauté dans le secteur de la santé. Ce qui passe notamment par la formation des personnels de santé. Il a dénoncé le fait que certaines personnes sont mises de côté en raison de leur orientation sexuelle. Quelque chose de contraire à une société prônant la justice et l’intégration sociale. « Le ministère de la Santé est là pour garantir le droit à la santé à tout le monde », a laissé croire le Dr Steeve Smith.


Vers la définition de nouvelles stratégies !


Cette initiative a été organisée par le Comité national de Plaidoyers des populations clés en Haïti. Une structure qui se donne pour mission de promouvoir l’égalité des droits des populations clés à la santé, à l’éducation, à l’accompagnement social, à la justice et à la sécurité. Ont pris part à cette initiative, entre autres, le ministère de la Santé publique et l’Office de la Protection du Citoyen (OPC). Également des responsables de coopérations internationales et d’ambassades en Haïti dont le Canada et la coopération suisse. Des institutions de la société civile dont les Centres GHESKIO et le FOSREF ont été également de la partie.


Pour ces différentes institutions nationales et internationales, cette journée spéciale constitue une occasion de réfléchir sur les acquis de la communauté. C’est une opportunité de pouvoir trouver des stratégies nouvelles pour mieux avancer vers les perspectives d’avenir misant sur le fait que cette lutte doit se poursuivre au quotidien. Pour elles, le fait d’être victime de stigmatisations et discriminations constitue un défi majeur à l’atteinte des objectifs de développement durable (ODD) encourageant tous et toutes à respecter et célébrer la diversité rappelant que les droits humains sont indivisibles.



Ce projet de contenus a eu le support de l’IFDD/OIF.

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

À la une

bottom of page