top of page

Le Service national d’intelligence d’Haïti : inefficace et infiltré par les gangs

En Haïti, le Service d’intelligence nationale (SIN) fait davantage parler de lui pour l’emprisonnement de ses agents pour détention illégale d’armes, pour ses constantes restructurations et changements d’image que pour ses réalisations. Créé avec le soutien de la CIA dans les années 80, le SIN n’a jamais fonctionné efficacement et, selon des experts et d’anciens fonctionnaires consultés par Enquet'Action et CONNECTAS, a été la cible d’infiltrations par les gangs mêmes qu’il est censé combattre.


Par Milo Milfort


En mars 2022, au moins six personnes ont été arrêtées par la Police nationale d’Haïti (PNH) à Turgeau, un quartier aisé de Port-au-Prince, suite à une alerte du Centre d'intelligence et d'opérations (CRO). La police a découvert qu’elles étaient en possession de sept pistolets, d’un fusil AR-15 et de quatre gilets pare-balles. La nouvelle est devenue virale sur les médias sociaux et a fait la une des médias locaux.


Il ne s’agissait pas de n’importe quels individus, mais de personnes habillées comme des agents du Service national de renseignement (SIN), la principale agence de renseignement du pays. Portant des T-shirts arborant le logo du SIN en gris et noir, elles étaient à bord d’une voiture Ford Explorer bleue. Aujourd’hui, comme le rapportent les médias haïtiens, ils sont en état d’arrestation et accusés de possession d’armes illégales. Selon la police après leur capture, les détenus étaient des agents du principal service de renseignement du pays, bien que le ministère de l’Intérieur, le ministère qui contrôle le SIN, ait nié tout lien avec les personnes impliquées.

Les 5 individus arrêtés par la Police Nationale d'Haïti (PNH) identifiés comme des membres du Service National de Renseignement (SIN), des armes et des munitions saisies. Crédit photo : page Facebook de la PNH.


Quelques jours plus tard, le directeur exécutif du Réseau national de Défense des Droits Humains (RNDDH), Pierre Esperance, a déclaré que trois des six membres présumés du SIN font partie du groupe armé « Baz Pilat » et de celui de Chrisla à Ti Bois dans la zone de Fontamara — entrée sud de la capitale — et a ajouté que les armes appréhendées sont volées, donc elles ne sont enregistrées nulle part.

Selon Espérance, le ministère de l’Intérieur tente de se distancer des détenus tout en faisant secrètement pression sur la police pour qu’elle les libère. Le défenseur des droits humains souligne que les employés du SIN sont rattachés à des gangs qui font partie de la coalition appelée G9 et alliés, qui contrôlent une grande partie du territoire national.


Pierre Esperance, Directeur Exécutif du RNDDH. Crédit photo : Milo Milfort / Enquet'Action / CONNECTAS


Pas moins de 200 groupes armés opèrent en toute impunité en Haïti. Certains se sont regroupés en coalitions armées. Parmi les plus importants figurent le G9, dirigé par le puissant chef de gang et ancien policier Jimmy Cherisier, alias Barbecue, et le GPEP, dirigé par Ti Gabriel. Le G9 serait responsable de plus de quinze massacres au cours des quatre dernières années, selon le RNDDH.


Comment est-il possible que des bandes criminelles aient le champ libre en Haïti et infiltrent même le service de renseignement qui devrait censé les arrêter ? Quel est le rôle des services de renseignement dans un pays en proie à la violence, où des mercenaires ont pénétré sans opposition dans la résidence présidentielle et assassiné le président en juillet 2021 ? L’affaire de l’arrestation des agents de renseignements présumés à Turgeau n’est que la partie émergée de l’iceberg des maux structurels qui rongent le SIN, une agence créée sous les auspices de la CIA pour combattre le trafic de drogue, mais qui, dans la pratique, a servi de parapluie aux criminels en Haïti.


Le premier de ces maux est lié à un éventuel lien avec le crime organisé. Ce point a été soulevé dans une interview accordée à Enquet'Action et CONNECTAS par l’ancien ministre de l’Intérieur Liszt Quitel, en poste entre juillet 2021 et novembre 2022. « Les anciens membres du SIN peuvent avoir des contacts avec des personnes issues des groupes armés pour effectuer un travail de renseignement, de contre-espionnage ou d’apaisement ». Toutefois, l’ancien ministre a précisé qu’au cours de son mandat, il n’a pas utilisé les services des anciens membres du SIN, « seulement du chef qui était là avant, pour obtenir certaines informations ».

Le nouveau bâtiment du Ministère de l'Intérieur et des Collectivités Territoriales (MICT) - où se trouve le SIN - a été construit des années après le tremblement de terre de janvier 2010 qui a fait plus de 200 000 morts et 1,5 million de sans-abri. Crédit photo : Milo Milfort / Enquet'Action / CONNECTAS.


À bien comprendre Quitel, par apaisement, on entend la pratique consistant à payer les gangs pour qu’ils cessent leurs activités criminelles pendant un certain temps. Il s’agit d’une pratique courante en Haïti, dénoncée par des organisations telles que le RNDDH. Tous les gouvernements récents ont été accusés d’utiliser l’argent public pour apaiser les gangs. L’un des apaisements les plus récents a eu lieu en juin 2021, lorsque le gouvernement de Jovenel Moïse aurait donné de l’argent aux gangs pour faire la paix, et la paix a régné en Haïti pendant plusieurs jours, pour faciliter la tenue d’un référendum qui n’a jamais eu lieu. Entre 2016 et 2022, avant chaque acte officiel dans les zones à risque, des millions de gourdes auraient été distribuées pour provoquer une pacification momentanée, selon la presse locale. Enquet'Action et CONNECTAS ont questionneées les personnes interrogées sur cette pratique, mais aucune d’entre elles n’a voulu en parler.


Ce lien avec le crime organisé ne se manifeste pas seulement par un soi-disant apaisement. L’infiltration des gangs est le signe le plus récent de la dégradation du SIN, une agence qui a montré son inefficacité au cours des dernières décennies. En avril 2021, Louis Edner Gonzague Day, alors ministre de l’Intérieur, a annoncé l’annulation de toutes les cartes d’employés et d’agents réguliers en circulation. « Les cartes étaient données à n’importe qui », a déclaré publiquement Gonzague Day. « Beaucoup de ces soi-disant membres du SIN avaient de fausses cartes. Ils n’étaient pas de vrais agents du SIN, mais des imposteurs qui utilisaient cette couverture pour commettre des crimes odieux ».

Les badges du SIN qui ont été signalés comme étant des faux. Crédit : Facebook de la PNH.


Les pactes avec les gangs et l’incapacité à empêcher les infiltrations sont des signes de la faiblesse du SIN en tant qu’agence de renseignement. Cette faiblesse a contribué, selon l’expert en sécurité publique James Boyard, au renforcement des gangs. « C’est la défaillance du service de renseignement qui fait que lorsque vous êtes confrontés à ce problème de gangs, il n’y a pas de capacité de réaction ». Il a ajouté que s’ils avaient eu des informateurs dans toutes ces zones et points chauds de la criminalité dès le début, ils auraient été en mesure d’annoncer que ces gangs ont des sources d’approvisionnement, de l’argent et des personnalités leur fournissant les moyens de se renforcer.


Samuel Madistin, ancien député et avocat défenseur des droits humains, a rappelé dans une interview à Enquet'Action et CONNECTAS qu’il avait appris l’existence du SIN lors d’une réunion avec d’autres députés et le Premier ministre de l’époque, René Préval. Les membres du SIN portaient des T-shirts sur lesquels le logo du SIN était visible. Si tout le monde les reconnaît, a-t-il demandé, comment peuvent-ils être efficaces ?


Les funérailles nationales de l'ancien président haïtien René Préval ont eu lieu le 11 mars 2017 dans la capitale, Port-au-Prince. René Préval, président d'Haïti de 1996 à 2001 et de 2006 à 2011, est décédé le 3 mars 2017 à l'âge de 74 ans. Crédit photo : Milo Milfort/ Enquet'Action / CONNECTAS.


Cependant, la démonstration la plus claire de l’inefficacité du SIN a été l’assassinat du président haïtien, Jovenel Moise, le 7 juillet 2021, dans sa résidence privée. Un événement qui a déclenché une situation d’instabilité politique et d’insécurité que le pays n’a toujours pas surmontée. Le SIN n’a pris connaissance de l’entrée des mercenaires sur le territoire qu’après l’assassinat du président. « Ce sont des choses que je n’ai pas été capable de comprendre jusqu’à présent. Comment une telle chose peut arriver. Comment une telle chose peut arriver à un président de la République - pas dans la rue — mais dans son bureau privé », a déclaré pour le compte de ce reportage Lucmane Delille, ancien ministre de la Justice et ancien procureur de Port-au-Prince.


Moïse connaissait de première main l’inefficacité du SIN, et a tenté de créer une nouvelle entité pour le remplacer : l’Agence nationale de renseignements (ANI). « Nous avons un service de renseignement embryonnaire qui ne peut pas être efficace. Dans l’une de ses interventions, le président Jovenel Moïse a dit qu’il n’avait vu aucun rapport du service de renseignement pendant qu’il était au pouvoir. Et il avait raison », a révélé Guichard Doré, le plus proche conseiller politique de Moïse, à Enquet'Action et CONNECTAS.

Le Président Jovenel Moise et son épouse Martine Moïse assistent aux funérailles nationales de l'ancien Président René Préval sur le Champs de Mars, la principale place publique de Port-au-Prince. Crédit photo : Milo Milfort / Enquet'Action / CONNECTAS.


En décembre 2019, Moïse a publié le décret créant l’ANI, qui a été accueilli par des critiques de toute la société haïtienne, et même de la communauté internationale. « Il y avait des dispositions qui étaient trop autoritaires. C’est pour cela que toute la société s’est soulevée contre ce décret », explique James Boyard, qui avait également critiqué le décret à l’époque. Selon l’ancien ministre Quitel, l’initiative de Moïse accordait de larges pouvoirs extrajudiciaires selon lesquels les agents de l’ANI ne pouvaient être mis à la disposition de la justice que sur ordre du président de la République.


Selon l’ancien député Samuel Madistin, cette initiative a suscité l’un des premiers débats publics sur la question du renseignement en Haïti. « Les organisations de défense des droits de l’homme ne sont pas opposées à une agence nationale de renseignement, nous soutenons l’idée. Mais la façon dont l’ANI a été conçue, elle était antidémocratique, elle cherchait à préserver le pouvoir de Moise », a-t-il déclaré. Bien que certains des articles ayant suscité des critiques aient été corrigés, l’ANI n’est jamais devenue opérationnelle, car le président a été assassiné juste avant de nommer ceux qui devaient diriger l’agence.

Photo du président haïtien Jovenel Moïse, assassiné le 7 juillet 2021 dans sa résidence privée, dans un pays qui compte pas moins de sept unités de renseignement. Crédit photo : Milo Milfort / Enquet'Action/ CONNECTAS.


Un passé sombre, un présent manquant de ressources


Le SIN a été créé au milieu des années 1980, avec le soutien de la CIA, dans un contexte où Haïti était un point de transit pour le trafic de drogue vers les États-Unis. Il était composé exclusivement d’officiers de l’armée haïtienne, qui était déjà perçue comme une force non professionnelle et sujette à la corruption. L’objectif déclaré était de stopper le flux de cocaïne transitant par Haïti par millions. Les États-Unis obtiendraient des informations de l’armée haïtienne et en retour, l’armée haïtienne recevrait de l’argent, des formations et des équipements de la CIA.


Selon une enquête publiée par le New York Times en 1993, le SIN recevait entre 500 000 et 1 million de dollars par an en équipement, formation et soutien financier de la part de la CIA. Mais « après avoir créé le service de renseignement haïtien, l’agence n’a pas veillé à ce que plusieurs millions de dollars dépensés pour la formation et l’équipement du service entre 1986 et 1991 soient effectivement utilisés dans la guerre contre la drogue. L’unité a produit peu de renseignements sur les stupéfiants », affirme la même enquête journalistique. Le SIN est devenu un instrument de terreur politique dont les agents se sont parfois livrés au trafic de drogue. En septembre 1992, le travail des agents anti-narcotiques américains en Haïti a conduit à l’arrestation par les autorités haïtiennes d’un membre du SIN pour trafic de cocaïne, selon l’enquête.


Entre 1986 et 1991, le SIN a tué pas moins de 5 000 membres de mouvements démocratiques, a noté l’universitaire Kathleen Marie Whitney, dans un article de 1996 intitulé « Sin, Fraph, and the CIA : U.S. Covert Action in Haiti » publié dans le Southwestern Journal of Law and Trade in the Americas. Comme l’a écrit Clément Doleac pour le Council on Hemispheric Affairs, des membres de l’élite haïtienne, des officiers supérieurs de l’armée et des membres du SIN ont conspiré pour renverser Jean-Bertrand Aristide, le premier président haïtien démocratiquement élu, en 1991.


L'ancien président haïtien Jean Bertrand Aristide, en route pour voter lors des élections de 2016. Homme politique et prêtre salésien né le 15 juillet 1953 à Port-Salut (Haïti), il a été président d'Haïti en 1991, 1994-1996 et 2001-2004. Il a été chassé du pouvoir en 1991 et en 2004. Crédits photos : Milo Milfort/ Enquet'Action / CONNECTAS.


C’est alors que la CIA a décidé de couper les liens avec le SIN, selon d’anciens agents américains et haïtiens consultés par le New York Times. Cependant, selon Human Rights Watch, les États-Unis ont résisté pendant des années à punir les militaires haïtiens responsables de la propagation de la terreur après le coup d’État contre Aristide, bien qu’ils aient contribué à créer l’une des agences les plus abusives.


La fin de la collaboration a également signifié que l’agence haïtienne a cessé de recevoir des ressources. « À partir de ce moment-là, nous avons commencé à perdre les techniciens que nous avions dans les services de renseignement », se souvient James Boyard.

Le désengagement financier qui s’est fait sentir depuis lors continue d’être l’un des obstacles au bon fonctionnement des services de renseignement haïtiens. Actuellement, la Primature, le bureau du Premier ministre, est chargée d’administrer les fonds du budget national alloués au renseignement, estimés à 22 millions de gourdes (146 666 $) par mois. Ce budget est réparti entre le Service national de renseignement (SIN), mais aussi la Police nationale, le ministère de la Justice et le Secrétariat de la sécurité publique, qui disposent également de leurs propres services de renseignement.

Formulaire de recrutement et logo du SIN sur les médias sociaux. Crédit photo : Facebook.


Les anciens fonctionnaires interrogés dans le cadre de cette enquête ont convenu que le manque de budget était l’une des raisons de l’inefficacité des services de renseignement. Lucmane Delille, ancien ministre de la justice sous le président Jovenel Moïse, affirme que « c’est vrai que nous avons un budget au ministère, mais il est maigre ».


L’ancien Premier ministre Jean Michel Lapin a déclaré lors d’une interview à la radio en juillet 2022 que lorsqu’il était en fonction, il a utilisé cet argent pour augmenter les renseignements au niveau de la police, « qui n’avait pas de moyens ». La police, les forces armées haïtiennes, le ministère de la Justice, le ministère de l’Intérieur et la Secrétairerie d’État à la Sécurité publique ont tous bénéficié de ce fonds, a-t-il dit. Sur les 22 millions, il a donné quatre ou cinq millions de gourdes (entre 26 000 et 33 000 dollars au taux de change actuel) à la police. De son côté, Frantz Thermilus, directeur général des renseignements de la police en 2006 et 2016, s’est plaint du montant d’argent reçu pendant son mandat. « J’ai été en poste pendant deux ans, et je n’ai même pas reçu cinq millions de gourdes pendant ces deux années », a-t-il déclaré.


Bien qu’il s’agisse d’une plainte répandue, il n’existe pas de chiffres publics permettant de donner un aperçu des budgets spécifiques des services de renseignement en Haïti. Pour leur part, les anciens fonctionnaires interrogés dans le cadre de ce rapport se sont abstenus de révéler le budget alloué à l’unité de renseignement de l’institution qu’ils dirigeaient.

Conditions de vie difficiles dans les quartiers précaires d'Haïti, totalement contrôlés depuis cinq ans par des groupes armés semant la terreur. Crédit photos : Milo Milfort/ Enquet'Action / CONNECTAS.


Selon une étude Flacso de 2007 sur le secteur de la sécurité en Amérique latine et dans les Caraïbes, le principal obstacle au contrôle démocratique des programmes de renseignement dans la région a été l’accès limité à l’information. Toutefois, selon un article publié par le Centre d’études de sécurité en 2019, des pays comme le Brésil, l’Argentine et le Chili ont fait de grands progrès en termes de transparence du renseignement ces dernières années. Aux États-Unis, le scandale Edward Snowden a stimulé les efforts visant à rendre le travail des agences de renseignement plus transparent. Des scandales comme celui-ci, mais aussi une plus grande régulation et une modernisation de l’État, ont permis aux citoyens d’avoir accès à l’information et ainsi de mettre des limites au travail des services de renseignement. Haïti, en revanche, semble aller dans la direction opposée. Le dernier président de ce pays des Caraïbes a tenté de réformer le système de renseignement, pour le meilleur et pour le pire, mais il a été assassiné avant que son projet ne soit réalisé.

Dans les bidonvilles, les gens sont encore animés d'un grand amour pour l'ancien président Jean Bertrand Aristide, qu'ils considèrent comme leur idole. Crédit : Milo Milfort/ Enquet'Action / CONNECTAS.


Le manque de budget, et le manque de transparence sur ce budget ont entraîné des conflits entre les entités. « Je suis au courant de trois conflits pour l'argent du renseignement. Cela se passe entre le ministre de la Justice, le directeur général de la police et le ministre de l'Intérieur. Il y a toujours un conflit, une bataille pour l'argent dépensé pour le renseignement, mais pas une bataille pour la réalisation de l'objectif et de la mission du renseignement », a déclaré Frantz Thermilus. Selon lui, les agences qui reçoivent de l'argent pour le renseignement ne signent rien et ne donnent pas de rapports.


En pleine crise humanitaire et sécuritaire, les scandales impliquant le SIN continuent. Le 1er janvier 2023, Alix Estiverne, membre d'un gang connu sous le nom de Petit Chef, et cinq autres individus ont été arrêtés par la police nationale haïtienne. Petit Chef avait un badge du Service de renseignement du ministère de l'Intérieur, selon les médias. Selon la presse, Petit Chef est le chef du gang Base 2-5-7, qui contrôle Pétion-Ville, une banlieue de Port-au-Prince. Quelques mois plus tôt, le 31 juillet 2022, lors d'une opération anti-kidnapping, la police découvre une carte du Service national de renseignement du ministère de l'Intérieur au domicile de Pierre Guinther, qui est recherché pour enlèvement.


Pendant ce temps, le gouvernement intérimaire dirigé par le Premier ministre Ariel Henry se tourne vers l'aide internationale pour tenter de rétablir des conditions de sécurité minimales dans le pays, malgré le plaidoyer de la société civile haïtienne en faveur d'une solution par les Haïtiens pour les Haïtiens. Depuis plusieurs mois, le gouvernement et l'ONU proposent à la communauté internationale d'envoyer des troupes en Haïti pour faire face à la crise actuelle. Cependant, pour Emmanuela Douyon, militant et directeur du think tank Policité, « l'ONU et les autres membres de la communauté internationale impliqués en Haïti cherchent une solution rapide qui conduira inévitablement à une autre crise, au lieu d'apprendre de leurs erreurs passées. L'histoire se répète », a-t-il écrit sur son compte Twitter le 23 janvier.

La Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) a occupé Haïti entre 2004 et 2017. Crédit photo : Milo Milfort / Enquet'Action / CONNECTAS.


Le 27 février, une mission de la Communauté des Caraïbes (Caricom) dirigée par le Premier ministre jamaïcain Andrew Holness s'est rendue en Haïti pour discuter de mesures concrètes de coopération et manifester son soutien au retour du pays à la démocratie, selon la Primature haïtienne. Quelques jours plus tôt, le Canada a annoncé qu'il allait déployer des navires de guerre pour effectuer un travail de surveillance et de renseignement depuis la mer au large des côtes haïtiennes. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a déclaré que son gouvernement et la Caricom s'engagent à "soutenir le peuple haïtien et à promouvoir des solutions dirigées par les Haïtiens".


Ce reportage a été rédigé par Milo Milfort pour Enquet'Action et CONNECTAS avec le soutien de l'International Center for Journalists (ICFJ) dans le cadre de l'Initiative de journalisme d'investigation dans les Amériques.


À la une

bottom of page