top of page

Tania Jean Louis : « La photographie est pour moi un refuge, une thérapie »

Tania Jean Louis est une jeune photographe artistique. Étudiante finissante en Communication sociale à la Faculté des Sciences humaines (FASCH) de l’Université d’État d’Haïti (UEH), elle a suivi une formation en Photographie au Centre d’art de Port-au-Prince. C’est aussi une passionnée de la pâtisserie et de la décoration.


La talentueuse photographe artistique Tania Jean Louis est en résidence de formation du 16 octobre au 6 novembre 2023 à Cuba. Enquet’Action l’a rencontré pour vous.


Qu’est-ce qui vous a amené vers la photographie ?


La solitude, la dépression, la tristesse. La photographie est pour moi un refuge, une thérapie. J’ai un ami photographe, Kenny Thélusma qui a commencé à m’apprendre à faire des photos. Et j'ai commencé à aimer. En février 2023, j’ai décidé d’approfondir et de prendre la photographie beaucoup plus au sérieux. J’ai postulé pour une bourse en Photographie au Centre d’art et j’ai été sélectionnée.


Quel type de photographies vous faites ? Pourquoi ce choix ?


Je fais de la photographie artistique. À travers des projets photo, je mets en image certaines réalités, je raconte des histoires. Ces projets sont parfois d’intérêt artistique et parfois d’intérêt public. Je fais ce choix parce que je suis une personne qui lutte pour le bien-être collectif. Avec ma caméra, je veux pouvoir soulever des problèmes auxquels ma/la communauté fait face pour inciter les concernés à trouver des solutions.



Comme femme photographe artiste, à quels défis et difficultés faites-vous face ?


Je suis très jeune dans le domaine. J’ai des tonnes d’idées de projets, mais pouvoir les réaliser n’est pas toujours facile. En raison de l’insécurité qui gangrène le pays, les gens ne veulent pas se faire photographier. De plus, se promener avec sa caméra est un risque à ne pas prendre. C’est une situation qui ralentit ma productivité comme jeune artiste, car les sujets sont parfois inaccessibles.


Quels sont vos modèles dans le domaine de la photographie en Haïti et à l’étranger ? Pourquoi ces choix ?


En Haïti, j’ai deux modèles, Pierre Michel Jean et Josué Azor. Ce sont deux photographes artistes talentueux qui font un travail remarquable dans la société haïtienne. Pierre Michel, qui a été mon professeur et ma première source d’inspiration pour la photographie artistique, est un photographe qui raconte la réalité haïtienne telle qu’elle est. Josué Azor de son côté met en valeur des personnes marginalisées dans la société à cause de leur choix de vie.



Ces derniers temps, on a remarqué une avalanche de femmes intégrant le secteur. Qu’est qui selon vous explique cela ?


L’indépendance, l’émancipation, la confiance, l’inclusion. Avant, les femmes étaient intimidées par les barrières qu’impose la société.


Parlez-nous de votre expérience en résidence à Cuba ? Il y a quoi au programme ? Qu’aviez-vous déjà fait et appris ?


Je suis à Cuba depuis le 17 octobre 2023 pour une résidence en photographie. C’est une expérience extraordinaire. J’ai fait la connaissance de la culture cubaine. Cuba est un pays merveilleux. Le peuple cubain est accueillant, souriant, talentueux et surtout très passionné de musique. Partout à travers le pays, on retrouve des musiciens, des artistes qui chantent à longueur de journée, et ce, avec amour.


Au programme il y a des cours théoriques qui retracent l’histoire de la photographie caribéenne, cours pratiques où l’on photographie Cuba sur différents angles, dans différentes villes. J’ai fait la connaissance d’une autre culture, j’ai fait de nombreuses photos. J’ai appris beaucoup de choses, mais ce que je retiens le plus c’est de faire tout ce qu’on fait avec passion. C’est cela que les Cubains ont laissé en moi comme jeune artiste.



Après la résidence à Cuba, quels sont les projets photographiques que vous avez en perspectives ?


Je suis à présent munie de plus de techniques et d’idées innovantes. À mon retour, je continuerai à travailler sur des sujets d’intérêt public pour lutter pour une meilleure société. Mon prochain projet concerne les femmes.


Milo Milfort


Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

À la une

bottom of page