top of page

Chrisnette Saint-Georges, la voix météo qui nous réveille tous les matins

Journaliste, éducatrice et psychologue, ancienne animatrice à la Radio Télé Timoun, Chrisnette Saint-Georges se révèle une femme aux multiples chapeaux. En sa qualité de normalienne, elle se lance de plain-pied dans la formation professionnelle en créant le Centre Moderne de Formation professionnelle (CMFP). Cependant, entre-temps, Mme Saint-Georges sort de l’anonymat pour être présentatrice de météo. Sa remarquable voix résonne tous les matins sur la bande FM haïtienne. Intégrant l’Unité hydrométéorologique d’Haïti en 2001, elle charrie derrière elle une expérience significative dans la météorologie.


Portrait



Née à l’Arcahaie, précisément dans la localité de Fonds-Baptiste en 19XX, Chrisnette Saint-Georges est une femme qui a plusieurs cordes à son arc. Elle avait laissé Fonds-Baptiste après ses études primaires, se rendant à Port-au-Prince pour poursuivre ses études secondaires qu’elle a bouclées.


D’abord, Mme Saint-Georges est une éducatrice. Une profession qu’elle ne voyait pas d’un bon œil autrefois. C’était une orientation imprévisible pour elle. « Durant mes études classiques, je n’ai eu aucune envie de devenir professeure. Mais, avant même la clôture de mon cycle d’études secondaires, le directeur général du ministère de l’Éducation nationale d’alors m’a conseillé de faire une carrière dans l’enseignement », révèle Chrisnette Saint-Georges.


Guidée par le conseil du directeur général, elle finit par s’enfiler dans le costume d’une éducatrice passionnée. Une nouvelle voie a été ouverte pour la jeune archeloise dans le monde de l’enseignement. « Je n’ai aucun regret d’avoir choisi le secteur éducatif comme mon champ de travail », affirme-t-elle d’un air fier. Soulignant au contraire qu’elle est nourrie quotidiennement par son amour pour l’éducation. De là, d’autres aptitudes professionnelles commencent à se faire remarquer chez elle. « Depuis lors, précise-t-elle, j’ai développé un amour pour la météorologie, le journalisme et la psychologie ».


Ancienne animatrice à la Radio Télé Timoun, la native de la cité du drapeau a plusieurs diplômes au compteur. En 2015, elle a décroché une licence en Psychologie à la faculté d’ethnologie de l’Université d’État d’Haïti (UEH). Elle n’entend pas du tout s’asseoir sur ses lauriers. « Je suis pour l’instant mémorante en Master II de Psychologie sociale », confie-t-elle, avec une satisfaction palpable dans la voix.


Mariée et mère d’un petit garçon, Mme Saint-Georges mène une vie familiale très paisible. Elle arrive à concilier intelligemment ses obligations familiales avec celles relevant de ses activités professionnelles. Présentement, la jeune archeloise prête ses services à l’Unité hydrométéorologique d’Haïti (UHM). Intégrer l’équipe de l’UHM n’est pas donné à tout le monde. Néanmoins, Chrisnette Saint-Georges rejoint l’UHM en 2001.


« J’ai eu l’opportunité de participer à un séminaire sous le leadership de l’UHM. Après la séance de formation, on nous a passé un test d’évaluation. J’ai réussi ce test avec brio. C’est ainsi que j’ai intégré l’Unité haïtienne de Météorologie », raconte l’éducatrice, montrant clairement qu’on ne lui a pas gratifié ce poste.


Elle y a fait ses débuts comme observatrice de météo. Pendant cette période, Mme Saint-Georges a dû se former. Elle a participé à plusieurs formations météorologiques tant en Haïti qu’à l’étranger. Elle a acquis beaucoup de connaissances. D’observatrice, l’archeloise a changé de statut au sein de l’UHM après 12 ans de service. « En 2013, je deviens présentatrice de Météo. À travers cette nouvelle tâche qu’on m’avait confiée à l’UHM, ma mission c’est de communiquer de manière à ce que les informations météorologiques touchent sans difficulté le grand public. Et, j’assume toujours ma responsabilité », affirme-t-elle.


Par ailleurs, à cause de la domination du genre masculin en Haïti, Chrisnette Saint-Georges a connu un début de carrière professionnelle assez douloureux au sein de l’UHM. « Nous vivons dans une société patriarcale. Mes premiers pas dans la météorologie n’ont pas été faciles », alarme la présentatrice. « J’ai évolué dans un environnement de travail assez difficile, entouré de collègues masculins de conception machiste, lamente-t-elle. Ils avaient en majeure partie une perception limitée de la femme ».


« Mes collègues ne me voyaient pas de bon œil. Ils doutaient de ma capacité pensant que le genre féminin est borné. Ils m’avaient même ridiculisée », martèle la psychologue d’un ton criard, soulignant qu’à l’époque, aucun de ses collaborateurs ne voyait en elle une personne pouvant atteindre un niveau supérieur dans la météo. « Mais, je n’ai jamais baissé les bras. Au contraire, je me servais de toutes les stigmatisations pour construire ma carrière », rétorque la multidiplômée, Chrisnette Saint-Georges, noyée dans une lueur de joie.


Former, informer la population et communiquer des infos sur la météo sont les véritables missions de l’UHM. Sans oublier celle de prévenir le grand public des menaces, les dangers climatiques et de les rappeler à faire des préventions par rapport aux aléas naturels, comme les cyclones, l’inondation… Mme Saint-Georges ne fait qu’arroser ce rêve. « Nous avons une mission d’annonce et de prévention », balance la présentatrice.


Pour les suivis après les catastrophes naturelles, ça relève de la compétence de la direction générale de la protection civile. L’UHM et la Protection civile travaillent de concert, souligne-t-elle.


De la météorologie aux actions sociales…


Mme Saint-Georges ne se voit pas enfermée dans la sphère de la psychologie ni dans sa position de présentatrice… Elle s’adonne à d’autres activités. Par rapport à sa vision sociale, elle fait surtout du domaine de l’éducation son cheval de bataille. « Je veux réellement que tous les jeunes aient accès à un métier », fait-elle savoir.


Elle a passé de la parole aux actes. Le 8 octobre 2018, au cœur de sa ville natale, Chrisnette Saint-Georges a mis sur pied le Centre Moderne de Formation professionnelle (CMFP), dont elle est la directrice. Cette école connaît désormais une extension nationale. « Présentement, on ne se base pas seulement dans la cité du drapeau. On s’étend sur 41 régions à travers le pays. Dans les jours qui suivent, on va s’éparpiller dans différentes régions du pays, avec 43 annexes », annonce la fondatrice, mentionnant que son objectif à long terme c’est d’implanter une annexe dans toutes les sections communales du pays.


Par sa créativité, son dévouement et son originalité, Mme Saint-Georges devient une figure très appréciée dans le paysage médiatique haïtien. Tant dans la capitale haïtienne que dans les villes de province, elle occupe presque toutes les avenues des stations de radio. Tous les matins, elle annonce la couleur du temps.


Outre la présentation météo, Chrisnette Saint-Georges s’est déjà lancée dans la formation de proximité. Elle donne des formations en continu au sein de l’UHM. Il y a des particuliers qui viennent se former. « Je suis partie à la rencontre du grand public également pour des séances de formation. Personnellement, j’ai formé plusieurs regroupements de la société sur les aléas climatiques. J’ai donné des séminaires dans différentes écoles à travers le pays. Dans les écoles congréganistes Charité de Saint-Louis de Bourdon et Collège Marie-Anne de Christ Roi, j’ai donné plusieurs séances de formations sur leur demande expresse », confirme Mme Saint-Georges.


Elle se montre très passionnée par ce métier. Des fois, elle se rend même dans certaines églises pour former les chrétiens. Pour l’instant, la native de l’Arcahaie se considère encore à mi-chemin de son parcours. Car, il lui reste beaucoup de choses à réaliser. « Je ne peux pas parler de réussite pour ma carrière. Je reste beaucoup de choses à accomplir dans la météo », estime-t-elle, soutenant que la population n’est pas encore en mesure d’appliquer les informations météorologiques qu’elle diffuse. « Mon objectif dans la météo sera atteint lorsqu’une catastrophe naturelle frappe le pays et que les bilans d’après révèlent zéro mort. C’est à partir de là que j’aurais à parler de réussite. Je me dirais que le travail que j’effectue depuis plusieurs années n’est pas vain ».


Depuis l’arrivée de Mme Saint-Georges, façonner une communauté mature face aux risques et aléas climatiques, constitue la toile de fond de ses manœuvres dans l’UHM. « Je fais beaucoup d’efforts. On nous avait donné quatre stations de radios seulement pour diffuser la météo. Pour l’instant, j’interviens régulièrement sur 21 stations », affirme-t-elle. Entre autres, elle se dit être à la disposition de toutes stations de radio se trouvant dans les villes de province en cas de besoin.


Toutefois, Chrisnette Saint-Georges veut assurer sa relève dans ce secteur. Elle s’implique vivement dans la formation de toute une génération de présentateurs. trices de météo en Haïti. « On forme constamment de futurs cadres qui vont nous remplacer à l’UHM. De plus, nous avons des jeunes en formation en terre étrangère », révèle-t-elle d’un ton rassurant. Une voix féminine sera bientôt remarquée sur la bande FM, annonce Mme l’archeloise. « Dans les dix prochaines années, je veux monter au sein de l’UHM une équipe solide constituée de jeunes pour poursuivre ce travail si prestigieux », projette la présentatrice de Météo.


Pierre-Samuel MARCELIN


Ce projet de contenus a eu le support de l’IFDD/OIF.




Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

À la une

bottom of page